McDonnell Douglas MD-80

Commercial Level Simulation

0
98

Introduction

CLS (Commercial Level Simulations) est connu pour ses avions plutôt appréciés par la communauté des simmers. De bon niveau sans être hardcore, les précédentes réalisations de CLS ont su se faire un nom. Aujourd’hui, nous testons le MD80, un liner d’ancienne génération (avant les glass cockpits). Voyons ce que CLS nous propose.

L’appareil

Le MD-80 est un liner moyen courrier conçu par McDouglas. Dérivé du DC-9, il peut emporter environ 150 passagers. Bi réacteur (ceux-ci sont montés à l’arrière), il a été conçu en partant du DC-9, en le rallongeant et en améliorant de nombreuses caractéristiques (moteurs, MTOW, etc ….). Le développement a eu lieu dans les années 70, le premier vol commercial ayant été fait par Swissair en 1980. Il n’est plus en production depuis 1999.


Il s’agit donc d’un avion qui joue dans la même cour que les boeing 737 ou airbus A320 mais de la génération inférieure. Exit les beaux écrans, les protections de toutes sortes, l’automatisme ultra poussé et bienvenue aux cadrans à aiguille et au pilotage par les pilotes.

L’achat

L’achat a été fait directement sur le site de CLS pour 29,95 €. Le processus est simplet et sans surprise. L’avion est fourni avec différentes livrées mais vous pouvez en acquérir d’autres en payant 7,49 € à CLS. L’avion est uniquement disponible pour FSX, aucune version FS2004 n’est prévue.

CLS présente son avion en mettant en avant sa qualité graphique, utilisant toute la panoplie des effets possibles (aile flexible, pneu avec fumée lors de l’atterrissage, panel 16/9e, animations en tout genre, etc …). Sur la page présentant les fonctionnalités du produit, les ¾ sont consacrés aux effets graphiques. On comprend tout de suite que nous ne sommes pas en présence d’un produit comparable à un PMDG. Le FMC est annoncé comme « limité » avec des fonctionnalités très simples. A noter que CLS annonce la possibilité d’utiliser la base de SID/STAR de FSX dans le FMC. Comment un éditeur connu peut encore sortir de ce genre de bêtise (FS ne contient aucune base de SID/STAR) ?

La documentation fournie est de bon niveau et correspond bien à ce qu’on attend sur ce type d’appareil. Toutes les fonctionnalités sont présentées et un vol de type tutoriel est proposé. Il vous permettra de prendre en main ce MD80 en couvrant une large partie des fonctionnalités.

Maintenant que notre MD80 est acheté et installé, voyons ce que cela donne. La version testée inclut le SP1.

Premier coup d’œil

Présent sur le tarmac de Nice, le MD80 de CLS est beau, très beau même. CLS l’a restitué avec un luxe de détails appréciables comme le train d’atterrissage où il est quasiment possible de compter les boulons. Utilisant les effets DX10, les livrées sont très belles et mettent bien en valeur cet avion.
Malheureusement, quelques bugs viennent ternir l’ensemble. Par exemple, les pilotes sont un peu grossiers et on a l’impression de voir un film parodique.


Il est possible de choisir un cokpit 4/3 ou bien 16/9e. C’est une attention appréciable de la part de CLS, l’utilisation d’écran wide étant très répandue maintenant. Autant le dire tout de suite, je n’ai pas été convaincu par le cockpit 2D. Il est certes très clair et lisible mais on n’a pas l’impression d’être devant. Les sous-panels sont plus difficiles à utiliser, notamment l’overhead, beaucoup trop petit pour la quantité de voyants et switchs présents.


Le cockpit 3D est par contre une très belle réussite. Tout est modélisé en 3D avec un soin du détail qui fait plaisir. Les utilisateurs de TrackIR devraient adorer. L’ergonomie de l’époque nécessite un temps d’adaptation : il y en a partout ! Sous le PFD, CLS a émulé un ND en utilisant le GPS par défaut de FS. Le résultat est correct, sans plus, la lisibilité n’étant pas parfaite. L’overhead et le bloc manette de gaz/radios sont clairs et simples à manipuler. Pas de radar météo ou de TCAS actif ici

Les éclairages du cockpit de nuit sont très bien modélisés. Il est possible de varier l’intensité et les différentes zones sont cohérentes. Une belle réussite.


CLS a inclu des raccourcis sous forme d’un bandeau vertical en haut à gauche de l’écran. Il vous permet de passer d’une vue à l’autre et de lancer quelques animations agréables comme un bus ou un tracteur de pushback. Personnellement, je n’y attache pas beaucoup d’importance (on est là pour voler, non ?) mais chacun décidera. Le framerate est tout à fait correct.

En vol

Notre vol du jour nous conduira de Nice à Heathrow, vol typique pour ce type d’avion. Le fuel et le payload sont gérés par FS directement, pas d’éditeur dédié. On sera donc limité par les possibilités offertes par FS, suffisantes pour le public visé par cet addon.

Le FMS est réduit à sa plus simple expression. Le plan de vol sera à créer dans FS uniquement, il n’est pas modifiable dans le FMS (seuls des Direct TO sont autorisés). Il ne supporte pas les SID et les STAR. Un bouton Align IRS existe sur la page init mais on se demande bien quel est son utilité : d’une part, le FMS fonctionne très bien sans alignement et d’autre part, l’IRS s’aligne même si les IRS sont éteints dans l’overhead ! CLS aurait pu se passer de cette fonction …
Le FMS permet aussi de calculer les vitesses de décollage et d’atterrissage, ce qui évite de consulter des abaques, et de gérer les radios, toujours très pratique. La page Prog est aussi présente mais fournit peu d’informations et de nombreux champs ne sont pas exploitables. On pourra donc considérer le FMS comme un GPS amélioré mais il n’est pas représentatif de ce que peut faire ce genre d’outil.


Il n’est pas possible de partir d’une situation cold&dark de façon simple. Il faut éteindre tous les instruments puis sauvegarder la situation. Il est temps que tous les éditeurs fournissent la possibilité de partir en cold&dark sans ces manipulations compliquées.

La séquence de démarrage des moteurs est correctement simulée. Une fois les moteurs démarrés, on peut enfin rouler. L’avion se comporte normalement au roulage avec une tendance à accélérer rapidement si les gaz ne sont pas réduits. Checklist décollage effectué, aligné sur la piste, on enclenche les gaz sur max TO. La vitesse de rotation arrive rapidement et on peut quitter le sol. Une fois l’avion stabilisé en mode CL (climb), on s’aperçoit que l’on a affaire à un avion agréable à piloter et stable. L’inertie de ce type d’avion est bien rendue.


Nous continuons notre vol vers EGLL. L’ergonomie du poste de pilotage est abominable, les switchs étant dispersés au petit bonheur, ce qui est un défaut de cette génération d’avion. Il est maintenant temps de brancher le PA pour soulager la charge de travail du pilote. Soyons clair : l’utilisation du PA est un vrai challenge. L’enclenchement des modes choisis ne se produit pas systématiquement, certains modes ne s’enclenchant pas sans que l’on sache s’il s’agit d’un bug du CLS ou bien d’un comportement normal (quoique déroutant) du PA du vrai MD80. La différence entre les modes actifs et les modes armés n’est pas du tout clair, un même mode pouvant être à la fois actif et armé en même temps sur l’affichage !


Nous pouvons néanmoins profiter de la croisière et planifier notre approche sur Londres. On note aussi l’environnement sonore très agréable. Le MD80 ne gère pas automatiquement le profil de descente, c’est au pilote de calculer les débuts de descente et de gérer son plan. Après avoir de nouveau bataillé avec le PA, nous sommes stabilisés sur l’approche. Sortie des volets puis du train, il est facile de conserver le glide et de réaliser une belle approche. L’avion se pose avec un bel effet (en vue extérieure) de fumée au niveau du train.

Une fois l’avion au parking, il est désormais possible de faire un point sur ce MD80 par CLS.

 

Conclusion

J’avoue avoir un avis partagé sur ce CLS. Très beau, notamment le cockpit virtuel, il a cependant un positionnement ambigu : clairement ce n’est pas un addon hardcore et il n’intéressera donc pas les pros de FS ; mais dans le même temps, l’avion modélisé est complexe pour un novice avec une ergonomie du poste de pilotage limité (encore une fois, CLS n’y est pour rien) et surtout un PA capricieux. Pour correctement l’exploiter, il est nécessaire d’y passer du temps et d’avoir tout de même des bases sur le pilotage d’un liner. Le FMS ne sera d’aucun secours pour faciliter le vol.

Bref, un bon avion mais à ne pas mettre dans toutes les mains.


Références

MD81/MD82 JetLiner – 27.16 EUR – FS9/FSX

Plus d’informations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom