Piper PA28 Warrior

Australian Simulations

0
15

Présentation :

Voilà un add-on de qualité que nous présente Australian Simulation : Le PA28 Warrior II & III. Jouet de nombreux aéroclubs le PA28 caractérisé par sa cellule en métal a été décliné en plusieurs versions : le PA28 Arrow avec son train rentrant et son hélice à pas variable, le PA28 Cherokee, le PA28 Warrior et d’autres modèles avec empenage en T … Cet appareil est donc tellement connu qu’Australian simulation n’avait pas le droit à l’erreur. Ils ont relevé le défi et nous voilà avec un PA28 Warrior décliné en deux versions (II & III) à la hauteur de nos espérances tant côté design intérieur et extérieur qu’avionique et systèmes embarqués. Nous remarquerons aussi la présence d’un logiciel Aircraft Control Panel (ACP) qui nous permet de paramétrer l’avion et même de gérer la masse et donc le centrage. Australian Simulation propose cet appareil sous Flight simulator 2004 et X pour 18€ (27.99$ USD).

L’installation :

L’installation est très simple et surtout très rapide. Un fichier exécutable à lancer et hop c’est parti, vous avez juste à vous laisser guider. Une clé d’activation vous sera demandée juste avant que l’installation débute il vous suffit de rentrer la clé qu’Australian simulation vous a communiquée et l’installation commence. Une fois celle-ci terminée, fermez le programme, lancez votre simulateur et profitez-en ! A noter que des manuels sont à votre disposition à la seule condition que vous soyez bilingue ou presque ,car ces derniers ne sont disponibles qu’en anglais ! A notre plus grand regret…

Aircraft Control Panel (ACP) :

L’aircraft control panel est installé automatiquement lors de l’installation du PA28. Ce petit logiciel est en communication avec l’appareil et accessible simplement via le menu démarrer de votre ordinateur. Simple de par son interface et sa facilité d’utilisation l’ACP regroupe tout ce qu’on pourrait attendre d’un petit programme externe…

  •   Tous les documents nécessaires à la compréhension des systèmes et les checklists sont disponibles sur la page d’accueil !
  •   Un onglet option sert à gérer les « paramètres » techniques réservés à la simulation comme l’affichage des housses de protection… toutes ces choses qui finalement ont du charme !
  •   La chose la plus originale de ce petit programme est l’onglet « load editor » (en français : gérer le chargement). Souvent disponible sur les gros appareils (avions de lignes notamment), cette option nous permet de gérer la répartition des charges dans l’appareil et donc le centrage. Elle a été adaptée pour ce PA28 et finalement cela nous montre un problème que l’on remarque peu sur FS mais qui dans la réalité en est un vrai : le poids qui influe directement sur le comportement en vol de l’appareil et sa consommation en carburant. Australian simulation marque donc un point original : celui d’intégrer ce caractère de masse et centrage à un avion simple et basique comme le PA28 avant tout dédié au tourisme et aux loisirs.
  •   Et pour finir un onglet texture qui vous permettra de charger la texture que vous désirez, l’immatriculation et en bonus l’histoire « survolée » du PA28.

On regrettera simplement que ce logiciel soit simplement disponible en Anglais ! Allez à vos dictionnaires !

Le design extérieur :

C’ est en regardant attentivement qu’on se rend compte que le design est d’une très haute qualité. En effet Australian Simulation a mis la barre haute et propose aux simmers un avion très bien modélisé extérieurement et sympathique à regarder. Les détails sont quant à eux aussi au rendez-vous. Il suffit de regarder simplement le fuselage et vous verrez que cet appareil a été réalisé avec une des plus grandes attentions, à un point qu’on pourrait le confondre avec un appareil réel ! Les bouchons des réservoirs d’essence sont modélisés avec les autocollants qui vont bien, les « stries »du fuselage sont aussi modélisées, la marche qui permet de monter à bord est aussi modélisée, de même que les vis qui relient les différentes parties du fuselage !! Bref un résultat époustouflant et un niveau de détails bien au-dessus de la moyenne. Les feux quant à eux sont bien tous présent (feux à éclats etc.) mais néanmoins il leur manque une petite touche de réalité…

Rien d’alarmant néanmoins avec la qualité de la cellule on aurait souhaité des feux un peu mieux travaillés. Le train d’atterrissage est très bien modélisé, et c’est un point fort du design extérieur, l’amortisseur de la roulette de nez est très travaillé et est même animé (il « s’écrase » à l’atterrissage !!). Le train principal est lui aussi travaillé et il est en parfaite harmonie avec le reste du fuselage. Bref un appareil très travaillé extérieurement, c’est un point fort. Australian simulation a su faire la différence.

Un cockpit 2D très complet :

Quand nous prenons place dans ce PA28, la première chose qui saute aux yeux : c’est un cockpit photo réaliste !! Et oui Australian simulation n’a pas négligé la qualité de l’habitacle !! On s’y croirait… Sellerie en cuir noir très réaliste, trait de couture, bref de la très très haute qualité. Outre cet aspect attractif, l’intérieur n’en reste pas moins époustouflant, tous les systèmes, les circuits sont simulés, bref Australian simulation brille et se hisse tout en haut de la liste. Mais regardons plus en détails.

Commençons par le cockpit 2D. Il est bien « conditionné » dirais-je, et d’un aspect esthétique très bien réussi, ce cuir très agréable à l’œil, renforcé par une finition presque irréprochable. L’avionique reste très fidèle à la réalité, les instruments sont clairs est lisibles. Une montre quartz sur la gauche du panel pour un timing hors-pair ! Complété par des instruments obligatoires comme l’anémomètre gradué en nœuds, l’horizon artificiel, l’altimètre, qui à notre plus grand regret pour nous, européen, est gradué en pouces par point de mercure, la mesure américaine (A vous de faire la conversion). Bref les instruments nécessaires sont là, à noter 2 indicateurs VOR dont un exploitable pour l’I.L.S, 1 récepteur ADF et un DME mais analogique…

On aurait préféré la modernité et j’aurais opté pour un afficheur numérique plus précis quoique les nostalgiques des aiguilles s’en réjouiront !! La planche radio est quant à elle plus vraie que nature, avec les boutons qui permettent de switcher d’une fréquence à l’autre, les boutons pour régler le volume de réception sont même présents mais ne sont pas cliquables (logique quand on sait qu’on peut régler le volume de ses haut-parleurs !!). Le transpondeur est lui aussi plus vrai que nature et c’est un vrai régal, comme dans la réalité, quatre boutons placés en dessous de chaque chiffre nous permettent de changer et de moduler en fonction de la demande du contrôleur le code transpondeur. Les différents modes du transpondeur sont aussi simulés (stand bye, alticodeur…) avec le petit voyant rouge qui s’illumine quand le mode « on » ou « alt. » est enclenché. En dessous de la planche radio, tous les boutons nécessaires pour le vol de nuit, avec les phares d’atterrissages, les feux de navigation etc.

Les manomètres relatifs au bon fonctionnement du groupe motopropulseur sont à notre disposition avec notamment la température d’huile, la pression d’huile… Et aussi une jauge à essence pour éviter les pannes sèches (comme dit le dicton, mieux vaut un équipage plein que des réservoirs vides !!) A noter aussi la présence d’un EGT (température des gaz d’échappements).
Le pilote automatique est disponible. Basique, il nous permet simplement la fonction maintien de cap. C’est déjà pas mal quand on sait que très peu d’avions de ce genre sont équipés d’un PA.

Un cockpit 3D à la hauteur de nos attentes :

Passons à la 3e dimension ! Le cockpit 3D est lui aussi très complet, bien fini et fidèle à la réalité. Le palonnier est animé, le volant aussi. Les instruments sont très lisibles dans ce cockpit 3D et on se croirait dans le véritable avion. Rien à ajouter, on retrouve exactement les même instruments que dans le cockpit 2D (fort heureusement) et les mêmes caractéristiques.

N.B: On notera la présence d’un compensateur de lacet dû au fait que le PA28 a des réservoirs dans les ailes. On consomme donc d’abord dans une aile puis dans l’autre donc ce compensateur permet de contrer l’effet de dérive dû au poids de l’aile moins important du côté où l’essence est ou a été consommée. A noter aussi la présence d’une climatisation pour les plus exigeants d’entre nous !! (Mettez un ventilateur près de votre écran….effet garanti !!)

Le cockpit est donc un atout essentiel de ce Piper, très bien modélisé, intuitif et au plus proche de la réalité, vous vous laisserez séduire par un tel résultat !

Les sons :

Les sons sont eux aussi assez bien faits, quoique à mon gout un peu trop à la « tondeuse » pour ce genre d’avion. Néanmoins ils restent assez réalistes et on ne se lasse pas de voler avec le son activé !!

En conclusion :

C’est un add-on de qualité que nous présente Australian Simulation. Ils se sont attaqués à un avion mythique et ont relevé le défi. Cet avion est joli et bien modélisé. De plus il est complet et sympathique à piloter. Alors Mesdames, Messieurs à vos joysticks et à bientôt dans les airs !!

Références :

Piper Warrior Package – 27.99 AUD – FS9/FSX

Plus d’informations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom