Airbus Series Volume 2

Wilco Publishing

0
36

Introduction

Voilà quelques années, nous avions eu droit pour Microsoft Flight Simulator 2002 à un Airbus A340 de grand niveau à l’époque développé par la défunte équipe de développement Phoenix Software Simulation. Ils avaient commercialisé par pack un A330 et un A340 et aujourd’hui c’est au tour de l’équipe de Feelthere d’exploiter cette petite merveille sortie des usines d’Airbus. Voilà le volume n° 2 de la série avec en tête de liste, un grand nombre de versions d’A330-200 jusqu’au très long A340-600. Alors forcément qui dit A330 ou A340 veut dire long courrier ! Et oui c’est tout à fait le genre d’appareil qui manque cruellement dans nos hangars virtuels de notre Microsoft Flight Simulator 2004 ou FS X.

Après la toute première série (Airbus Volume 1) de Feelthere, qui a connu un franc succès auprès des simmers dans le monde entier avec des A319, A320 et A321. Cette fois c’est au tour des gros porteurs de passer en action. Feelthere et Wilco Publishing emmène littéralement un vent bien frais dans le monde de la simulation ! Pour vous, Avionic Online a testé en exclusivité le nouveau produit de Feelthere, l’A340. Alors il est temps de boucler vos ceintures de sécurité, le décollage est imminent.

Un peu d’histoire sur l’A340:

L’Airbus A340 est un avion de ligne quadriréacteur long courrier de grande capacité fabriqué par Airbus Industrie. Il est décliné en plusieurs versions suivant la capacité ou le rayon d’action désiré. Cette famille d’appareil fut conçue avec un design semblable à l’Airbus A330, mais utilise quatre réacteurs au lieu de deux.

L’A340 a détenu le record du monde de distance franchie avec plus de 19.000 kilomètres entre l’aéroport de Paris Le Bourget en France vers l’aéroport international d’Auckland, en Nouvelle Zélande, jusqu’en 1994. Ce record fut battu par un Boeing B777-200ER, qui a relié Seattle à Kuala Lumpur sur une distance de 20.044 kilomètres, puis par un Boeing B777-200ER qui a relié Hong Kong à Londres, en volant par l’Est, soit 21.596 kilomètres.
En lançant son premier programme A340 en Juin 1987, Airbus avait pour objectif de s’attaquer au marché des gros porteurs très long courrier dominé par Boeing et son B747. Ce projet ne devait initialement comporter que deux versions de l’A340 : -200 et -300. Plus petite que la -300 mais avec un plus grand rayon d’action. Mais en 1997 Airbus a lancé deux nouvelles versions, allongées, de l’A340 : L’A340-600 avec une plus grande capacité en passagers et le très long courrier, l’A340-500 avec un rayon d’action de plus de 16.000kilomètres.

(Source Wikipédia US ndlr)

Achat et installation :

L’achat du « Airbus Serie Volume 2 » se fait directement en paiement sécurisé sur deux sites Internet bien distincts. A vous de voir, sachez que les prix sont exactement les mêmes, aucune différence. Soit chez SimWare, soit chez Wilco Publishing. Les deux sociétés acceptent la plupart des cartes de crédits (American Express, Visa, MasterCard). SimWare accepte également les paiements via PayPal et les mandats cash internationaux.

Le produit est aujourd’hui disponible sous deux versions, la téléchargeable ou en boîte livrée à domicile sous 24/48 heures. La tarification du produit est relativement correcte, si vous résidez en Europe, la version téléchargeable vous est proposée pour € 36.95 TTC et € 30.54 approximativement si vous résidez en dehors de l’Union Européenne. Pour la version boîte elle ne coûte pas plus chère que la version disponible en téléchargement, comptez seulement € 3 de plus à rajouter. Les avantages de la version boîte est qu’elle contient bien entendu les manuels imprimés en anglais et en français. Pour la version téléchargeable, les classiques fichiers PDF seront installés directement sur votre machine avec le produit.

Une fois que vous avez procédé au paiement sécurisé sur le site de votre choix, vous recevrez votre clé dans votre boite mail avec un lien de téléchargement, ou la boîte chez vous avec la clé à l’intérieur de celle-ci. Supposons que vous l’avez commandé en version téléchargeable, cliquez sur le lien et patientez afin que le produit arrive sur votre ordinateur. La vitesse varie selon votre connexion et l’état des serveurs, mais en général, c’est très rapide. Une fois l’opération terminée, lancez l’exécutable automatique.

Une fois que le menu apparaît à l’écran, sélectionnez votre langue, ici en l’occurrence le français (of course !) et cliquez sur le bouton « suivant ». Différentes fenêtres vont s’ouvrir vous faisant part des mentions légales ainsi que les droits d’auteurs, cliquez sur « Accepter la licence » et ensuite vous avez la fenêtre d’enregistrement de votre produit. Tapez les numéros de votre licence exactement comme ils vous ont été donnés et cliquez ensuite une dernière fois sur « suivant » afin de commencer l’installation de votre nouveau produit sur votre machine. Une fois que tout ceci est terminé, il ne vous reste plus à lancer votre Microsoft Flight Simulator pour essayer vos nouveaux appareils.

Load Manager et configuration:

De par cette fenêtre de contrôle, c’est ici que vous allez définir votre A340 (ou A330). Selon votre expérience de vol, vous pouvez choisir le niveau de difficulté au pilotage et réalisme. Si vous êtes un Hardcore Simmer comme moi, la question ne se pose pas, sélectionnez « Expert ». Le temps d’alignement des IRS est de 10 minutes, mais si vous êtes pressé, vous pouvez raccourcir ce temps. A vous ensuite de voir si vous préférez le système métrique ou impérial. Vous pouvez également ajuster les sons du cockpit, par défaut, la valeur est correcte. Si vous volez en réseau vous pouvez choisir de cocher la case FSUIPC afin que Squawkbox 3 gère le vol en réseau.

La partie de droite concerne les raccourcis claviers. Le bouton « Cold & Dark » sert à rendre le cockpit totalement éteint et sans vie. Par défaut chaque vol avec l’A330/340 commence les moteurs allumés, cliquez sur ce bouton et tout deviendra froid et noir. Feelthere intègre in système de repoussage PPU ou standard, utilisant pour celui-ci le repoussage basique de Microsoft Flight Simulator (Shift + P). Je vous recommande fortement de décocher la case pour mettre en pause le simulateur 20NM avant la descente. Dans la vie réelle, l’avion ne s’arrête pas en l’air. N’oubliez pas nous sommes des Hardcore Simmers.

En ouvrant le « Load Manager » vous pourrez changer selon vos désirs le nombre de passagers à bord ainsi que le poids des bagages en soute. C’est grâce à ce petit logiciel que vous aller pouvoir déterminer votre masse. L’utilisation de celui-ci est simple et rapide et surtout très précis. La seule chose que je regrette sur ce soft, c’est un changement de couleur afin d’indiquer une surcharge. L’utilisation des cartes de masse brute est nécessaire pour chaque préparation de vol. Plutôt réaliste, mais déroutant pour certains.

Quant au « Fuel Planner » il ne faut pas s’attendre à un exploit. Les calculs ne sont pas précis et manquent de coordinations. Sur de courtes distances il peut être utile, mais sur des longues routes, le calcul reste imprécis et même en se référant aux cartes de masse en carburant, le logiciel vous fera part d’un message tel que l’avion ne peut pas embarquer suffisamment de kérosène pour ce vol. Dommage…

La documentation et manuels de vol :

Voici un point fort énorme de la part de Feelthere. La documentation est vraiment complète et chaque partie de l’avion est présentée. Que ce soit du « Load Sheet », livret de calcul du carburant, cartes de pressions en altitudes, « Speed Charts » et bien entendu les check-lists de l’avion.
Tout est relaté en détails dans les manuels. Les spécifications de l’avion en lui-même sont toutes présentes et vont vous tenir occupé à la lecture pendant vos longs courriers. La documentation de l’A340 concernant les fiches techniques est de 39 pages, renfermant tous les détails techniques, calculs de masse, carburant, les tables de vitesse et plein d’autre encore. Plongeons dans ces manuels afin de voir ce que l’ont peut y trouver.

Voici le « Load and Trim Sheet » de l’A340 en détail :

Comme vous pourrez le constater, chaque zone du document est entièrement détaillée afin de vous donner un maximum d’information sur le type d’Airbus que vous souhaitez piloter. Evidemment, ce présent document est pour l’A340. Feelthere a pris le soin d’inclure les mêmes documents pour l’Airbus A330. Grâce à cette excellente documentation, vous aller pouvoir faire des calculs de masse relativement précis pour vos vols. Il est rare de trouver une grande et complète documentation sur les addons aujourd’hui. Certains développeurs n’y pensent pas forcément, mais le meilleur moyen d’apprendre à faire voler un avion commence déjà par lire la documentation, et comprendre la technique de l’appareil.

Voici en détails quelques cartes des vitesses de décollage selon l’altitude de l’aéroport et des conditions climatiques :

Ces tables de vitesse n’ont pas été oubliées. Vous en trouverez une pour chaque configuration de votre A340. Toutes sont différentes et vous aurez l’embarras du choix afin de choisir la bonne carte appropriée selon la situation de l’aéroport de départ.

Sur cette carte, on peut se référer à plusieurs endroits pour commencer. Comme de gauche à droite dans le premier cadre. Nous parlons en kilogrammes, comme le mentionne la carte. Sur la toute première ligne, supposons que notre route en distance soit 2800NM, selon les vents notre altitude de croisière sera le niveau de vol FL370. Pour ce vol, la carte nous indique de prendre précisément 33.561 kgs de kérosène (soit 33.5 tonnes) pour ce vol. La consommation sera approximativement 6.20T par heure. Les charges de fuel indiquées sont bien entendu globales, à vous de calculer votre surplus de carburant pour l’APU, les circuits d’attentes, temps de roulage etc.…

Le carnet de spécifications de l’A340 (inclus A330-XXX et autres versions de l’A340, ici la version -300 vous est présentée) :

Différentes données de l’A340-300 sur le nombre de passagers, sa vitesse de croisière, son poids en données métriques et impériales etc.… Avec ce genre de carte, vous allez vraiment devenir un professionnel de l’A340, croyez moi 
C’est plein de petits détails qui font que le prix de cet addon est très correct et peu cher.

Et voici pour conclure avec cette documentation, un bref aperçu du « Guide du pilote » ici présenté en anglais. Ce manuel vous fournit toutes les informations nécessaires au pilotage de l’A340, vous expliquant en détails chaque instrument et à quoi il sert. Je vous rappelle que le manuel présenté ci-dessous fait 53 pages.

Le Guide du pilote :

Page expliquant les écrans de navigations & quelques notes explicatives sur le FMGC

Encore une fois, cette documentation sur l’A340 est énorme. Combinée avec celle de l’A330, vous avez de quoi faire un sacré classeur d’à peu près 250 pages, ce qui n’est pas rien. Pour les versions boîtes, le manuel du pilote totalement imprimé en français doit être un véritable plaisir à lire, surtout pour les personnes ne comprenant pas forcément très bien l’anglais. Wilco et Feelthere ont vraiment tapé fort avec cette documentation ultra complète.

Instrumentation à bord :

L’Airbus A340 possède des instruments à peu près similaires à celui du Boeing B747-400. Seules les couleurs et la présentation des EICAS, ND, EWD etc. sont différentes.

Le cadran de gauche est l’EWD, c’est sur cet écran que vous pourrez superviser durant vos vols avec cet appareil les paramètres moteurs (N1, EGT, N2 et FF). Le FOB pour « Fuel On Board » vous indique la quantité de carburant restant à bord.
Le cadran de droite est le ND (Navigation Display), c’est sur cet écran que vous pouvez voir défiler la route au fur et à mesure que les miles nautiques défilent sous vos yeux.
Le PFD pour finir (Primary Flight Display) vous indique votre altitude, vitesse et position horizontale. Pour plus d’information, se référer aux manuels est primordial.

L’A340 est doté également d’un EICAS juste situé devant les manettes des gaz vous montrant les différents paramètres de l’avion, comme la température en cabine et dans le cockpit, le train d’atterrissage, l’hydraulique, électricité, portes etc… Le vrai A340 est aussi pourvu d’une caméra embarquée sous l’avion, très utilisée durant les phases de taxi. Cette caméra n’est pas modélisée dans le simulateur.

Voici quelques photos du « Lower EICAS » de l’A340 :

Le système électrique

La lisibilité des écrans est remarquable, le détail apporté est de très bonne facture et le plus important, c’est que cela reste vraiment fluide que ce soit en cockpit 2D ou en cockpit 3D. Ayant fait des tests par temps très nuageux avec de gros nuages à pertes de vue, la vitesse d’affichage des écrans reste indemne. Juste une petite remarque, la fluidité reste plus importante en cockpit 2D qu’en cockpit virtuel.

Let’s seat inside the A340 cockpit :

Après avoir passé la lourde porte blindée de notre cockpit, jetons un oeil afin de voir dans quel endroit nous allons prendre nos nouvelles fonctions. La reproduction est fidèle au cockpit de l’A340 sur de nombreux points. La texture en cockpit 2D est fine et propre et on ne note pas de trace de flou. Le cockpit bénéficie dans certaines zones sombres d’un effet granulé qui ajoute une petite touche de réalisme supplémentaire au panel.
Les switches sont parfaitement encastrés et aucun problème ne texture ne survient quand on les active.

Voici un aperçu général du panel 2D avec les IRS non alignés :

La planche radio :

La planche radio est aussi produite avec les mêmes textures que le panel 2D avec des zones ombragées et quelques traces de salissures. Mais elle reste trop basique, on peut la mettre en route via un switch sur deux positions ON & OFF. Vous pouvez aussi choisir d’activer le transmetteur ADF, VOR et MKR. Tous les autres switch sont du Bitmap intégrés sur la planche radio.

Sur la partie du milieu sous la manette des gaz, un troisième MCDU est présent. Tout comme le PMDG B747-400, il reste inactif, noir et ne peut pas être cliquable. En revanche, il est entièrement fonctionnel en cockpit virtuel. Le clavier présent entre les deux MCDU vous permet de changer l’affichage des « Lower EICAS ». La touche « TO Config » ,elle, sert directement à s’assurer que l’avion est bien configuré pour le décollage. On notera la présence de reflets de lumières sur les leviers des aérofreins et Flaps.

L’Overhead Panel en détail :

Voici le plafonnier de notre Airbus A340. Il est entièrement réalisé en texture photo réelle ce qui lui donne un aperçu réaliste. Il reste à la limite un tout petit peu trop plat comme panel, mais il a malgré tout beaucoup de charme. Comme beaucoup d’addons, on peut cliquer sur des switches, et sur certains autres noms. Ici sur notre A340, seuls les boutons les plus importants seront accessibles pour le joueur. Mais en ce qui concernant les détails minimes, comme faire des tests incendies, rien de tout cela n’est modélisé sur cet Airbus, malheureusement.

Durant les phases de pré vols, il reste impossible de tester l’incendie APU, Moteurs etc… De même du côté des fameuses pompes Jettison, qui servent à vidanger les réservoirs en cas de besoin, elles, non plus, ne sont absolument pas intégrées au produit. Le seul moyen pour vous de vidanger sera directement d’aller faire un tour dans le menu de Flight Simulator, et de changer manuellement la charge de carburant pour y régler le volume désiré.

Le système de carburant lui aussi est trop basique, le joueur pourra simplement engager ou couper les pompes de carburants. Les boutons de transferts de carburant sont totalement inactifs. Il est impossible d’engager les pompes « X-FEED », donc le contrôle du transfert n’est pas sous la surveillance du pilote. Sur un Boeing B747 (comme le PMDG) c’est à vous de gérer ces commandes. A moins que l’A340 soit capable de gérer ça par lui-même, ou bien les gars de Feelthere ont implanté directement ça en fonction automatique. Allez savoir maintenant.
En revanche, le système hydraulique lui est très réaliste tout comme le système d’air conditionné, entièrement contrôlé par le joueur, ce qui redonne un gros attrait à notre plafonnier.

Mais on a par contre une incohérence totale avec le système électrique. Il fonctionne très bien mais nous montre une grande partie d’irréalisme. Prenez un avion, que ce soit un tout petit au plus gros, branchez les batteries mais ne la connectez pas au GPU. Résultat de l’expérience ? La batterie perd de sa puissance jusqu’à ce qu’elle soit totalement vide. Ici sur notre A340, on n’a pas à faire à ce genre de réalisme, qui pourrait être vraiment problématique en vrai. En effet sur ce produit là, la batterie est dotée d’une durée de vie illimitée, donc même si vous oubliez de la brancher au GPU, ne vous inquiétez pas, vous pourrez malgré tout mettre en route. Sur la photo un peu plus haut, les batteries ne sont pas branchées, je suis simplement connecté au GPU.

Comme vous pouvez le voir sur cette seconde capture de plafonnier, l’éclairage de nuit quant à lui est vraiment superbe. L’immersion devient totale durant les longs vols de nuits. Absolument chaque bouton possède son propre éclairage, qu’il soit cliquable ou non. Les diverses positions des boutons poussoirs, switches et boutons rotatifs entraînent un éclairage légèrement différent que par la position par défaut. On notera juste un léger problème avec les switches des lumières extérieures. En cockpit 3D, le fait d’allumer les « Runway Turnoff », engage automatiquement les « Wing Light ». Ce bug n’est pas présent en cockpit 2D.

Les extrémités du panel (gauche et droite) font office de complément au panel, toujours en photo réelle bien entendu, mais rien n’est cliquable. On a aussi droit à un petit extra, celui de l’interphone cabine, qui vous permettra de tenir informés vos passagers durant différentes phases du vol, et également de communiquer avec le PNC, si l’envie de boire un café vous prend !

Visualisation 3D du cockpit :

La réalisation du panel de l’A340 est une merveille visuelle et graphique. L’avantage de celui-ci est que tous les switches et boutons du panel sont entièrement en 3D. Sauf pour l’overhead panel, sans doute pour un souci de performance des machines des joueurs. On peut également y sentir un effet de profondeur sur les instruments et différentes sections du panel.

Les textures sont un tout petit peu longues à charger, mais une fois le tout effectué, le panel tourne relativement bien, pour ma part, je tourne à environ 18 FPS sur 25, je trouve cette moyenne tout à fait honorable.

Bien sûr ces performances sont proportionnelles à la configuration de mon PC. A vous de trouver les meilleurs réglages pour votre machine. Quant aux performances en cockpit 2D, je suis au maximum, c’est-à-dire 25 FPS.

Le cockpit 3D :

La vue en entrant dans le cockpit simule une bonne immersion. Les détails sont fins et nets et ne bavent pas. L’effet de profondeur est bien ressenti et la 3D est présente partout, sur les boutons, switches et knobs. Il manque cependant quelques reflets sur les vitres et EICAS, ça aurait était un très bon plus. A noter que ce cockpit virtuel est entièrement cliquable sous tous les angles. Le principe n’a pas changé depuis l’A320 PIC, mais j’avoue qu’il est peut être certaines fois, assez laborieux de faire bouger et activer des switches. En effet, vous devez faire glisser la souris de bas en haut ou de gauche à droite pour le faire bouger. J’aurais préféré utiliser les boutons de la souris, gauche et droite selon le sens d’activation. Pas facile quelques fois…

La vue 3D est aussi équipée d’une cabine de passagers assez moyenne et aussi d’une excellente vue des ailes depuis les hublots ou à la volonté du joueur, si vous utilisez Active Camera. Mais ceci ravira tous les joueurs qui aiment revoir leur ralenti d’un atterrissage en cabine, ou en vue d’aile, comme moi !

Voyons en détails la planche radio en vue 3D:

Sur ce point de vue, le souci du détail a été bien pris en compte par Feelthere. Tous les boutons sont entièrement en 3D et le MCDU lui aussi est programmable depuis la vue 3D, vous n’aurez pas besoin d’ouvrir une fenêtre en pop up pour l’utiliser, comme certain addon. Le Wheel Trim bouge également de manière très réaliste et la manette des gaz suit une position sur sa monture de manière très précise, et le tout sans à-coups.

Vous pourrez noter la présence du troisième MCDU sur la partie extrême droite de la photo, et de plus il est allumé. Totalement disponible à l’utilisation pour vos vols, c’est un sacré plus pour ceux qui volent uniquement en cockpit 3D.

Le transpondeur est aussi modélisé de manière très réaliste et son TCAS est simulé de toutes parts sur cet A340. Vous pourrez aussi le mettre en route et l’éteindre. Un bouton IDENT est aussi disponible pour identifier votre code. Le TCAS, que vous soyez en réseau ou non, affichera tout le trafic aérien présent dans votre zone de vol. Depuis la planche radio (pedestal), vous pourrez régler l’intensité lumineuse, démarrez les moteurs.

La modélisation extérieure :

L’Airbus A340 de Wilco/Feelthere est très bien modélisé et certains petits détails sautent aux yeux comme les livrées entièrement gratuites, disponibles directement sur le site de Wilco, vous en trouverez plus d’une vingtaine pour l’A330 et A340 compris. La première chose que l’on remarquera est la netteté des textures. Et oui pas de trace de flous intempestifs qui viennent gâcher la beauté du fuselage lorsqu’on zoome sur l’avion. Les peintures s’affichent très bien, et ne sont pas lourdes à charger.

Un très bel effort a été fait sur les parties amovibles telles que les volets, inverseurs de poussées et aérofreins. Le tout bouge et réagit de façon très réaliste, ce qui apporte un point de plus pour cet addon. Lorsque vous mettez les volets en position FULL, il faut patienter à peu près une quinzaine de secondes pour qu’ils arrivent en position. Le train d’atterrissage est très détaillé, comme le câblage hydraulique jusqu’aux longues rainures des pneus présentes sur les roues. Le seul point négatif que je vais reprocher à l’A340, ce sont ses moteurs, que je ne trouve pas forcément conformes à la réalité. Sur ce produit, ils ressemblent plus à des moteurs de Boeing B757 qu’à un Airbus. Dans la vie, pour ceux qui n’ont jamais vu d’A340 (je doute ?) les réacteurs sont un peu plus fins et surtout, légèrement moins gros. Mais ils restent détaillés sur beaucoup de parts.

Voici quelques images :

Ce qui est vraiment génial, c’est que rien n’a été oublié par les peintres. Chaque livrée a son détail personnel et surtout, la qualité ne change pas, et reste toujours de très bon niveau. Un effet de salissure est présent sur certaines livrées entres les volets, portes et différentes trappes, encore un détail réaliste. Certains avions ne sont pas propres, et ici certaines livrées n’ont pas pris de douche non plus.

Mis à part le design des réacteurs, il n’y a aucun point sur lequel je peux dire quelque chose de négatif sur les livrées et modèles extérieurs. Les détails sont bien là, l’avion lui-même est bien posé au sol, et pas à quelques millimètres au dessus de celui-ci qui nous donne l’impression que l’avion glisse sur le sol. En bref, les performances du modèle extérieur sont riches en détails et reste une beauté graphique visuelle de nos attentes.

Performances en vol :

Les performances de notre Airbus A340 ont été testées sur un vol long courrier bien entendu. Nous sommes partis d’Helsinki, aéroport de Vantaa, vers la Corée du sud, à Séoul, vers l’aéroport d’Incheon. Durant la phase de pré vol, tout se passe très bien, l’initialisation des systèmes est parfaite, le MCDU réagit parfaitement, les batteries inertielles s’alignent dans un temps de 10 minutes, donc réalistes.

Une fois la machine démarrée, il est temps de procéder au roulage, et là encore une fois, le comportement est génial, il suffit d’augmenter jusqu’à 40% de N1 les moteurs, et une fois que l’avion roule, positionner la manette des gaz sur « Idle », et l’avion roule sans que vous fassiez quoi que ce soit, mis à part superviser la vitesse et freiner. Un mot, génial ! De plus l’immersion sonore de l’A340 est bien présente, et rajoute encore un point à la liste de ce produit.

Ca y est nous sommes autorisés pour le décollage de la piste 22R d’Helsinki. On pousse doucement la manette des gaz jusqu’à ce que TOGA apparaisse sur notre PFD. Les moteurs vont ronronner, quel doux bruit ! Une fois la vitesse de rotation dépassée, l’appareil monte doucement et nous laisse une fantastique flexion des ailes (vue extérieure), très réaliste. Une fois en l’air, l’avion suit le plan de vol entré dans le MCDU sans aucun problème et suit un taux de montée conforme aux normes de l’A340.

Une fois en croisière, j’ai tout de même eu plus de mal avec certaines parties du MCDU. Déjà quand vous chargez la page (INIT REF) il vous est impossible de changer la vitesse de croisière en modifiant le « Cost Index » de l’avion, rien ne répond, et la page devient comme « gelée ». Pour changer la vitesse, vous devez le faire directement via le PA, un bug non corrigé qui lance un coup de froid ! Sur le niveau FL380 sur ce vol, je volais à mach 0.78 et j’ai voulu augmenter sur 0.83 et j’ai du changer cette valeur manuellement car le MCDU ne voulait rien savoir, pas même un clic.

Mis à part ce souci, le MCDU également gère relativement mal le calcul du carburant, aie aie… Après avoir fait les calculs au sol sur ma consommation, qui plus est, je ne suis pas bon en maths, mais je sais compter ! Et bien mon MCDU me proposait de me poser à Incheon avec un peu plus de 73 tonnes de kérosène ! Donc j’ai du refaire d’autres petits calculs et changer mes valeurs manuellement via le système par défaut de FS, afin de pouvoir avoir une charge de carburant respectant les caractéristiques de l’Airbus A340.

Une fois en approche, après 11 heures de vol s’il vous plait, notre Airbus s’est bien tenu en route, rien à dire mis à part les deux petits défauts relevés. Il est donc temps de remplir notre page d’approche sur le MCDU. Les données s’entrent sans problème et l’avion va suivre la phase lentement et parfaitement. Je confirme les fréquences radios dans ma page « Nav Rad » de mon MCDU et entre à nouveau les bonnes fréquences de mes cartes d’approches. Tout comme la vitesse de l’avion, aucune réaction et un beau message « Not Allowed » m’empêche d’agir avec les fréquences radios. Heureusement, les bonnes étaient déjà entrées par l’A340 automatiquement, selon la route entrée. Dommage que ces fonctions ne soient pas utilisables par le pilote, il suffit que sur un vol, la fréquence ne soit pas la bonne, et vous serez bon pour une approche visuelle.

Conclusion:

Après le premier volume de la série Airbus de Wilco/Feelthere, on peut se faire malgré tout plaisir avec ce nouveau volet. Voilà enfin l’A340 le plus correct sur le marché de Microsoft Flight Simulator 2004 et FS X. Bien sûr, il ne faut pas s’attendre à un produit pour les hardcore simmers, mais bon ceux qui aiment cet avion et veulent apprendre sur de bonnes bases et sur un produit de très bonne qualité.

Forcément, il n’est pas parfait, certains problèmes, il serait donc judicieux de sortir un patch correctif pour régler les problèmes de carburants et de pages qui ne répondent plus sur certaines phases du vol, avec le MCDU. Mais avec ce produit là, le légendaire PSS A340 est tout de même bien dépassé et nous avons un très bon A340 dans nos hangars virtuels de Flight Simulator.

Si vous êtes un amateur d’Airbus A340, vous allez aimer cet appareil malgré quelques petits défauts, qui ne sont pas bien méchants, il faut le dire, simplement savoir faire quelques calculs pour remédier à ces problèmes. Wilco/Feelthere a tapé fort sur ce point et nous offre le produit le plus fiable, sachant qu’un Airbus est très dur à réaliser, nous pourrons donc excuser leur équipe pour ces quelques défauts.

Pour un petit prix, vous aurez de quoi vous faire vraiment plaisir durant vos long courriers et surtout avec un Airbus, chose rare sur le marché aujourd’hui ! Pour € 36.95 (version téléchargeable), on a de quoi s’occuper pendant de longues heures. Alors si vous débutez ou que vous êtes passionné par l’Airbus A340, je vous le conseille vivement.

PS: Je vous simplement faire une petite parenthèse pour l’A340 de Wilco/Feelthere. Dans l’article, je dis bien qu’il n’est pas possible de changer le Cost Index dans le MCDU, je me suis trompé, loin de là, ce n’est pas un bug, mais cette valeur se change au sol, avant de valider les PERF. Donc ce n’est pas un bug. Il est également possible de changer cette valeur dans la page PERF DESC avant de valider.Pour les fréquences ILS, ne pas pouvoir changer les chiffres, apparement il faudrait les changer en utilisant le nom de la NAVAID voulue.Voilà, je vous remercie ne pas tenir compte des ces deux sujets mentionés dans l’article, merci car je m’étais trompé. (réponses obtenues depuis le FCOM de l’A340, par Wilco).

 

Reférences

The Modern Airlines Collection – Airbus Series Volume 2 –  36.95 EUR – FS9/FSX

Plus d’informations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom