Cessna 182Q

0
16

Introduction

Carenado, célèbre dans le monde de la simulation pour ses modélisations de petits avions de clubs, vient de récidiver, peu de temps après la parution du pack Cessna 206 et du 182RG, avec le Cessna 182Q. Au fil des années, Carenado a acquis une notoriété telle que ses avions sont considérés comme étant les plus réalistes dans la catégorie « single engine piston ». Avant d’entamer le test, commençons par une petite note d’histoire.

Histoire

Le petit avion privé quatre places de Cessna est né du désir d’améliorer le modèle 180 en un avion tricycle. Cette appareil, plus utile pour les voyages que l’école contrairement aux 150/172, est très performant pour sa catégorie. Le premier modèle, le Cessna 182A, est sortit des usines de Wichita en 1956 et fut baptisé Skylane. Plusieurs améliorations ont vu le jour comme le 182RG (1977) et le T182RG (1979) équipé d’un moteur Lycoming plus puissant et d’un turbocompresseur. Le 182 fût également construit à Reims sous l’appellation F182 et en Argentine en tant que A-182. La chaîne de production du 182 cessa en 1985 mais en 1994, Cessna décida de reprendre la production avec le 182S doté d’une nouvelle motorisation, nouveau design intérieur et d’une avionic plus récente et plus performante.

Package et modèle extérieur

Le fichier téléchargé se compose d’un installateur automatique, simple et efficace, qui ravira tout ceux qui n’aiment pas attendre pour essayer leur nouvelle monture. Une fois installé, le pilote virtuel disposera de cinq documents au format PDF très colorés et regorgeant d’une multitude de données constructeur et d’abaques pour les perfos moteurs. Cet ensemble de documents se compose entre autres d’une checklist, une guide « procédures d’urgences », un ensemble d’abaques et performances. Petit bémol dès le début, l’organisation de certains documents est peu propice à l’impression notamment la checklist.
Une fois FS en route, nous constatons deux versions du 182Q : 182Q Long Range d’une capacité de 80 USG (environ 290 Litres) avec pour seul et unique livrée celle des US Cost Guard Search & Rescue (SAR) et le 182Q standard avec trois livrées. A notée que vous avez le choix pour chaque livrée entre un modèle sans carénages de roue, un avec un carénage du train principal uniquement et un équipé de carénages à tout les trains. Les livrées sont particulièrement sobres et soignées et les parties mobiles sont nombreuses (portes, amortisseur train avant, trim de profondeur…). A noter aussi l’animation saisissante de réalisme du pilote. Le tableau de bord n’est pas très récent et on sent que cet avion à déjà subit des milliers d’heures de vol et tours de pistes.

On retrouve les mêmes atouts des prédécesseurs de ce 182Q à savoir un panel 2D dont 90% des instruments sont détachables en vue « pop-up » et l’utilisateur peut, d’un clic, obtenir les valeurs des cadrans analogiques en données digitales. On remarque trois vues pour le panel 2D : une vue servant au VFR pur où seulement le badin, l’horizon et l’alti sont visibles; une vue regroupant une majorité des instruments en laissant une vue extérieure suffisante au pilote et la dernière presque dépourvue de visibilité extérieure mais où tous les instruments sont présents, ce que l’on pourrait qualifier de planche IFR. On remarque aussi la possibilité de faire apparaître un grand nombre de planches secondaires comme celle des manettes, celle regroupant l’indicateur de pression d’admission, l’indicateur d’EGT et le tachymètre, celle constituée du sélecteur carburant et de la manette des volets de capots et pleins d’autres. Toutes ces vues sont facilement accessibles et ceci grâce à un mini onglet déjà représenté dans les précédants avions de Carenado.

Le cockpit 3D est un modèle du genre. La lisibilité des instruments est excellente, excepté certains (ampèremètre…); tout les switchs sont cliquables tout comme le pare-soleil qui peut être abaissé…Une mention toute particulière au fait qu’il est possible de faire des réglages très précis sur la manette du pas de l’hélice et de la richesse avec la molette de la souris. Finis les variations de 300 RPM lorsque vous effleuriez à peine la manette bleue.

Les effets visuels sont particulièrement réussit surtout l’éclairage de la planche par le soleil en fin d’après midi. Un service pack 1 vient d’être mis en téléchargement sur le site de Carenado afin de pouvoir activer les switchs « Taxi light » et « Ldg light » à partir du cockpit 3D.

Prise en main

Après avoir pris place dans la bête, il est temps de se préparer afin de partir en « local » pour tester cette machine. Petit reproche, le ralentit moteur semble un peu trop élevé et le roulage peut parfois être délicat. Le son du Lycoming O-470-U 230 Horsepower est très réaliste tout comme celui du moteur électrique permettant la sortie des volets. A la mise en puissance, on ressent bien le couple et une forte action sur le palonnier est nécessaire. L’envol est très doux à conditions de ne pas forcer le manche, l’appareil est très sensible, peut-être même trop sensible et ce paramètre est difficilement réglable via l’interface de FS. L’enveloppe de vol est correcte, l’avion décroche aux vitesses indiquées par le manuel, que ce soit en configuration lisse ou en configuration atterrissage. Les virages à forte inclinaison, à vitesse de croisière ainsi qu’à faible vitesse reproduisent bien le couple à piquer qui se produit et il faudra un certain effort sur le manche pour maintenir le palier. L’inertie de l’appareil lors de l’arrondie, que ce soit lors d’un atterrissage volets 0 ou volets Full, est assez bien reproduite.

Le PA Navomatic 300-A deux axes est uniquement capable de maintenir un cap ou un radial VOR mais sera un vrai soulagement lors de vos longues navs VFR. La planche radio est équipé d’un poste VHF récent ainsi que d’un ancien sans oublier un DME performant Bendix King. Deux récepteurs VOR sont installés : un récepteur VOR/ILS et un récepteur VOR classique. Tout deux ne sont pas de dernière génération mais sont suffisant pour du VFR. En revanche, bien que certifié IFR, cette pratique sera délicate car vous ne disposerez que d’un directionnel et non d’un HSI…N’oubliez pas de le recaler toutes les 30 minutes sous peine de dévier franchement de votre route surtout si vous pilotez en réseau. Autre point important concernant l’instrumentation, il semble impossible d’étalonner l’altimètre en hPa au lieu d’inches ; aussi la touche « B » de FS sera d’une grande utilité.

Référence

C182Q Standard and Long Range – 19.95 USD – FS9

Plus d’informations

NOS NOTES ...
Note globale
Article précédentCoast Guard – Sikorsky HH-60J
Article suivantRobinson R44
Administrateur Avionic-Online

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom