Coast Guard – Sikorsky HH-60J

Aerosoft

0
101

Introduction

Le Sikorsky HH-60J est une nouvelle version, de recherche et sauvetage, d’un des hélicoptères d’assaut des USA: le Sikorsky UH-60. Cet appareil possède 2 turbomoteurs General Electric T700-GE-700 d’une puissance de 2 x 1560 ch. Il peut emporter jusqu’à 3630 kgs, et pouvant atteindre une vitesse de 296 km/h, cet appareil peut parcourir jusqu’à 2220 kms en convoyage. L’avant projet de celui-ci débuta en 1965, pour remplacer le UH-1 Huey. Le véritable projet ne commença pas avant 1972, sous le nom de UTTAS,de l’anglais  » Utility Tactical Transport Aircraft System ». Cet hélicoptère devait disposer des capacités de transport au moins équivalentes à l’UH-1, mais, ayant des caractéristiques de vol supérieures, ainsi que d’autres améliorations.

Le premier vol de l’UH-60 eut lieu le 17 octobre 1978.

Cet appareil disposait d’une cabine assez spéciale, qui était conçue pour amortir au mieux les chocs en cas de crash.
Sa contenance pouvait atteindre jusqu’à 20 personnes. Elle disposait des deux cotés de l’appareil, de larges portes coulissantes.
Le fuselage était résistant aux impacts de balles ainsi que celles de canons, grâce à différents blindages.
La première version du  » Black Hawk « , le UH-60A entra en service en 1979. L’efficacité de cette version fut approuvée lors des différents engagements militaires des USA. De nombreuses nouvelles versions firent ensuite leur apparition. Des améliorations furent effectuées, comme l’augmentation de la contenance du carburant , l’ajout de missiles, de roquettes, d’un treuil, de nouveaux systèmes de protections, ainsi que des systèmes appelés  » HIRRS « , servant à réduire la signature infra-rouge.
Une version marine, pour l’US Navy fut également développée : le SH-60b ainsi que le SH-60F Sea Hawk.
Puis, viennent enfin les autres versions comme l’EH-60A, le MH-60A, l’UH-60C, le HH-60G et le fameux HH-60J.

Installation

Le téléchargement de ce produit requiert une inscription sur le site d’Aerosoft. Cela n’est pas très compliqué étant donné que le site est traduit en français. L’installation de ce produit est sous forme de fichier exécutable, uniquement en anglais ou en allemand mais cela ne pose pas de problème il faudra seulement cliquer sur  » next « . On vous demandera ensuite votre email et le code de série qui vous sera délivré par le site, juste après votre achat. ( Les informations vous seront envoyées par email.) Notons qu’il est préférable de disposer d’une connexion internet lors de l’installation. En cas de problème, Il existe une option d’installation sans la nécessité d’une connexion.

Contenu

Coast Guard vous propose un hélicoptère de type Sikorsky HH-60J Jayhawk, aux couleurs blanche et rouge.
Vous avez également à votre disposition un navire de sécurité maritime Cutter pilotable, à noter que la maniabilité reste assez délicate. Un cockpit 2D est reproduit, mais le cockpit 3D reste absent. Dans l’interface  » sélectionner un vol  » de Flight Simulator, vous pouvez choisir un des quatre vols  » Coast Guard « . Ce sont des petites missions comme par exemple un sauvetage d’un voilier avec un mauvais temps. Vous décollerez non pas de la terre ferme, mais du navire cité précédemment. En effet, ce navire peut servir également de  » base « . Vous pouvez modifier l’emplacement de ce navire en indiquant les coordonnées précises grâce à l’interface  » Coast Guard Shipyard « , fournie et installée automatiquement lors de l’installation. Vous la trouverez dans Démarrer/ Programmes/Aerosoft/Coast Guard – To Serve and Protect. Un manuel en anglais de 45 pages est à votre disposition dans le même répertoire. Il regroupe toutes les informations nécessaires comme l’explication détaillée de tous les instruments de bord, les différentes procédures, une check list complète ainsi que d’autres renseignements concernant l’appareil.

L’appareil

Après avoir sélectionné manuellement l’hélicoptère, ou, dans le menu  » sélectionner un vol « , le chargement de FS est relativement rapide. Cet appareil n’est pas très gourmand en FPS, même pour les ordinateurs ayant une assez faible configuration. Vous pourrez donc profiter pleinement de votre nouvel hélicoptère. Il dispose de nombreuses animations comme l’ouverture des différentes portes, le treuil fonctionnel, l’équipage animé…
Le modèle de l’hélicoptère est fidèlement reproduit à la réalité, avec pas moins de 20 mètres de longueur ! Les textures sont tellement bien modélisées que l’on peut apercevoir chaque clou planté dans le fuselage. Vous pouvez ouvrir et fermer la porte principale( à l’arrière, sur la partie droite de l’appareil ), grâce à la combinaison SHIFT + E. Cela va avoir pour conséquence l’animation d’un membre de l’équipage, qui va se mettre juste au rebord de la porte. Cela peut servir à l’occasion de sauvetages, pour manier le gros treuil se situant juste au dessus de la porte. Comme cité au dessus, celui-ci est entièrement fonctionnel et, commandé par la combinaison de touche SHIFT + W, il peut complètement se dérouler. Vous avez à votre disposition une procédure afin de replier les pales et le rotors en appuyant sur une touche que vous choisirez, ou en utilisant un interface dans le cockpit.

vue du cockpit virtuel

Après le chargement, l’appareil est posé sur l’héliport du navire de sécurité maritime, si vous avez sélectionné automatiquement le vol. L’appareil est à l’arrêt, batterie éteinte. Notons que le démarrage automatique grâce à la combinaison CTRL+E ne sera pas fonctionnel.
Il faudra donc lire attentivement les checks list (en anglais), car, la mise en route est assez complexe. ( pour afficher toute la check list, faites apparaître la tablette de navigation grâce à la touche F10, puis, dirigez vous dans l’onglet check list). Mais les noms des instruments sur la check list sont également indiqués sur le cockpit, ce qui facilite la relation entre la check list, et trouver l’instrument correspondant. Ses différents systèmes de bord, très réalistes, sont très bien réalisés, fidèles à la réalité.
L’ APU (Auxilary Power Unit), qui fournit l’électricité et l’air conditionné, permettant le démarrage des moteurs, est au rendez vous, sur une partie de l’Overheard. La maniabilité de l’appareil est assez complexe, mais d’un autre côté, cela rend le pilotage plus réaliste.

Le cockpit 2D est bien réalisé, disposant des jauges très fluides et agréables. Réaliste, tous les boutons sont fonctionnels. Les 2 écrans multifonctions sont les principaux composants du cockpit 2D. L’ écran de vol dispose de 3 modes d’affichage : le vol stationnaire, le HSI, ou le mode carte. Quant à l’écran de navigation, il dispose de pas moins de 7 modes d’affichage, incluant en particulier l’affichage des points de navigation, établi par l’utilisateur. A votre disposition, 6 fenêtres pop up sont présentes, des écrans multifonctions aux différentes parties de l’overhead. Ces fenêtres peuvent s’avérer très utiles, en particulier pour les procédures comme le démarrage des moteurs ou le pilote automatique.

Le cockpit 3D est le point fort de cet appareil : entièrement fonctionnel, et finement modélisé, il rend l’habitacle très réaliste.
Disposant d’une excellente visibilité, le vol peut se dérouler entièrement dans le cockpit 3D, sans rencontrer de problème particulier.
Les instruments sont aussi fluides que dans le cockpit 2D, et grâce à leur très fine réalisation, la lecture de ces instruments ne pose aucun problème, même en étant assez éloignée du tableau de bord. La cabine est entièrement modélisée ; vous pouvez la visiter grâce à un logiciel gratuit comme F1View, disponible ici.

L’ HH-60 posé sur l’héliport du navire.

Avec une lumière verte représentant la vision nocturne, l’effet de nuit est très joli et rend une fois de plus, la navigation plus réaliste.
Un autre point fort, est le système de bord  » automatisé « : Un système de vol stationnaire automatique a été réalisé. Ce n’est pas un simple système que l’on peut trouver sur les autres hélicoptères conçus pour FS. Très complexe, il est fortement recommandé de lire attentivement toutes les explications concernant son utilisation, dans le manuel fourni. Il est hautement réaliste, disposant de  » Systèmes de Contrôle et de Stabilité Améliorés « AFCS ».
Ce système est très utile, en particulier pour les missions de sauvetage, en cas de mauvais temps, quand il n’est pas facile de faire du vol stationnaire « manuellement ». Un radar d’altitude est inclus dans ce système. Une alarme retentira à chaque fois que vous passerez l’altitude sélectionnée, réglable de 0 à 200 pieds.
Concernant les différentes radios, l’interface, très complet, dispose d’un petit écran affichant des informations très utiles.
Une autre partie du système de bord est inclus, le  » Control Display Unit « , qui ressemble à un petit FMC, se situant sur la console centrale. Il a pour but d’afficher à son écran les informations concernant la navigation, mais également le système électrique, les moteurs, les « Waypoints », les altitudes…
Le système électrique est relativement simple. Il dispose de 5 sources d’électricité :

  •    le générateur 1
  •    le générateur 2
  •    le générateur de l’APU
  •    la batterie, ( seulement utilisée pour démarer l’APU, ou en cas de défaillance des autres sources d’électricité. )
  •    l’  » External Power « , ( disponible uniquement au sol ).

Le son de l’appareil est très réaliste, réalisé par Nick ‘Meatwater’ Schreger.

Conclusion

Le Coast Guard est un addon indispensable pour les amateurs d’hélicoptères. Le prix de cet addon est très raisonnable étant donné qu’il coûte 19.95 €. Il existe une seconde version, le Sikorsky Seahawk & Boxer, également disponible sur le site d’Aerosoft.

Références

Coast Guard – To Save and Protect – 20.29 EUR – FS9/FSX

Plus d’informations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom