Test du HOTAS Warthog de THRUSTMASTER

0
338
Test du HOTAS Warthog de THRUSTMASTER

Présentation

Le HOTAS Warthog est un joystick fabriqué et conçu par THRUSTMASTER, sur le marché depuis une dizaine d’années. Il est largement connu par la communauté de la simulation. Plus particulièrement par le monde de la simulation militaire. En effet, ce joystick est en réalité une réplique du système H.O.T.A.S (Hands On Thrust And Stick) de l’avion d’attaque américain A-10C Warthog ci-dessous.

Initialement ce dernier a été conçu pour le module A10-C Warthog sur DCS World. Il possède toutes les caractéristiques du vrai système avec la même échelle. Ainsi, ce dernier est sous licence de l’US Air Force comme nous l’indique le site de Thrustmaster. On s’attend donc à tenir entre les mains un véritable Joystick, tout droit sorti du cockpit de l’appareil.

Véritable HOTAS de l’A10C

Aspect général

Le Warthog coûte 470€ via le site de Thrustmaster, mais il reste trouvable sur Amazon avec un prix de base de 400€. (Prix fin août 2019)

À la livraison, on reçoit un imposant colis de plus d’une dizaine de kilogrammes. L’imposante boîte du Warthog nous donne un aperçu de sa taille et de son poids.

À l’ouverture donc, on a le grip du stick et sa base qu’il faut monter, ainsi que le bloc de la manette des gaz. Le montage du joystick se fait très simplement, il suffit d’aligner le stick et sa base, puis de serrer la bague de serrage en métal.

Le stick épouse de manière très ergonomique la main. On sent le métal froid et tous les boutons donnent une impression de qualité. La manette des gaz est impressionnante, de par son poids et sa taille.

Prise en main

Tout d’abord il faut télécharger les pilotes. Pour cela il faut se rendre sur le site du support de Thrustmaster afin de télécharger le logiciel T.A.R.G.E.T. Cependant, j’ai trouvé difficile la manière de se le procurer. En effet il n’est expliqué nulle part de manière claire où le trouver. En tapant “TARGET THRUSTMASTER” sur google, impossible de trouver un lien de téléchargement. Il aurait été apprécié de faire en sorte que la recherche soit plus simple et directe. Pour ma part je ne l’ai trouvé qu’après l’aide d’un autre possesseur de HOTAS Warthog.

Le logiciel s’avère être complet mais assez complexe à utiliser, d’autre part il n’est pas nécessaire pour DCS car vous pouvez configurer vos commandes directement dans le jeu.

La manette des gaz est une très grande pièce décomposée en 2 manettes, une pour chaque moteur. Il est impossible de la tenir à pleine main à cause de sa taille imposante. On comprend tout de suite que nous n’avons pas un simple Joystick de premier prix sous la main.

Ce dimensionnement s’applique à toutes les autres parties. Il est impossible d’atteindre directement les boutons du haut du stick sans relever la main en hauteur. Sûrement pour éviter d’appuyer sur certains boutons de manière intempestive avec le port de gants. La course de la gâchette est aussi très grande et il faut s’y habituer car la distance à parcourir avec l’index pour l’enclencher est beaucoup plus grande que sur les autres joysticks.

Les switchs donnent une impression de robustesse, on peut les manipuler brutalement sans craindre de les casser.

Une chose agréable, à faire remarquer, est que chaque bouton sur le Joystick et/ou la manette des gaz est facilement reconnaissable grâce à la manière du clic et du retour de force du bouton. Il est très facile de reconnaître quel switch est sous notre doigt.

Il faut bien se rappeler que ce HOTAS est une réplique d’un vrai, ainsi il n’y a pas, contrairement à la plupart des autres joysticks, d’axe pour le palonnier. Il faudra donc que vous preniez en plus un palonnier si vous voulez avoir tous les axes de contrôles de votre aéronef.

Test en vol

Nous allons utiliser DCS World pour tester notre Joystick, vu que c’est le simulateur pour lequel il est prédestiné à la base. Nul besoin de paramétrer vos commandes, pour le module de l’A-10C Warthog et celui du F/A-18C Hornet, les touches sont déjà pré-assignées. Pour le cas du HOTAS Warthog, elles sont identiques au réel.

Une fois en vol, le Joystick donne une sensation de précision, il faut tout de même un temps d’adaptation car les commandes sont lourdes avec un grand débattement mais précises. La course des gaz est également grande et précise, la possibilité de pouvoir passer les manettes de la position OFF à IDDLE, comme en réel, en soulevant la manette est très appréciée.

Le vol en patrouille serré et le ravitaillement en vol est beaucoup plus facile grâce à la précision des commandes de vol et le grand débattement. En effet le stick possède une résolution à 16 bits ( soit 65536 x 65536 valeurs) ce qui en fait un stick d’une excellente précision. La manette des gaz elle aussi permet des ajustements de précision avec 14 bits (soit 16384 valeurs).

Lors d’évolutions en vol plus agressives, le HOTAS reste bien stable grâce à la base très large du stick et au poids très important du bloc de gaz (3 et 4 kilogrammes respectivement environ).

Le grand nombre de boutons permet une grande modularité avec les autres appareils. En effet quasiment chacun ayant un fonctionnement différent (présence de plusieurs axes ou de plusieurs positions possibles), ex: Boat Switch 3 positions possibles sans retour au neutre, China Hat 2 positions possibles avec retour au neutre.

Les 2 manettes de gaz peuvent se désolidariser via un aimant qu’on peut insérer ou retirer via une petite tige en métal à l’arrière de la manette.

Particularités

La base du stick est constituée d’une boule qui est “ouverte”. Cela présente un avantage mais aussi un inconvénient; lorsque le moment sera venu, il est facile de graisser le stick car l’accès y est direct. Or cela fait que sur le court terme, il est facile de laisser tomber des miettes ou autres poussières à l’intérieur.

La manette des gaz est elle aussi non couverte, il n’y a pas de balais ou lèvres pour empêcher la chute de poussières à l’intérieur. Aussi comme vous pouvez le voir, certains fils sont apparents. Il faut ainsi vraiment faire attention à ne rien faire tomber dedans.

Il est également possible d’intégrer un cran de P.C (Post-Combustion) comme sur les vrais avions de chasse, à la manette des gaz. L’A-10C n’ayant pas de PC en réel, il n’y a pas de cran par défaut. Or Thrustmaster a intégré une pièce qui, en démontant une petite plaque entre les 2 manettes, peut être retournée (pièce en rouge ci-dessous).

Cela a pour conséquence de créer un cran de PC, la manipulation pour le faire, en plus d’être très simple, est très rapide. Petit bémol cependant, le cran de PC n’est pas un vrai cran qu’il suffit d’outre-passer en poussant de manière plus forte sur la manette des gaz, il faut également soulever les 2 manettes pour pouvoir passer le cran. Cela rend le cran quasiment inutilisable, une petite astuce consiste à limer la petite pièce qui créer ce cran, cela permet de supprimer le fait de devoir soulever la manette pour passer le cran, seule une pression supplémentaire sur la manette suffit. Ainsi on obtient un cran de PC réaliste.

Le bloc de la manette des gaz étant rétroéclairé, cela permet une lecture facile des switchs dans le noir. L’intensité des LED peuvent être contrôlées via TARGET. La résistance de la manette des gaz est-elle aussi réglable, une molette vous permet d’augmenter la friction ou de la baisser à votre convenance.

Les switchs en eux-même n’ont rien à se reprocher, c’est leur connectivité qui pose problème. En effet les positions de switchs se reset et donc il arrive parfois que pour éteindre l’APU, le switch étant sur ON mais il a été reset, lorsqu’on le passe sur OFF il ne s’éteint pas car déjà sur OFF pour l’ordinateur. Il faut donc repasser sur ON puis encore une fois sur OFF pour éteindre l’APU. Ce problème ne s’applique qu’aux switchs sur le bloc des gaz, et non les boutons HOTAS.

Les points positifs Les points négatifs
La qualité générale et la très bonne précision Le prix
Durable dans le temps Le cran de PC
Stick interchangeable Le reset des switch
Le grand nombre de commandes Les mécanismes apparents
La stabilité des bases Complexité de TARGET

Machine de test: 

  • I5 4690 3.5 GHz
  • 12 Go RAM
  • GTX 1080 
  • SSD 250 Go + 500 Go HDD
  • Windows 10
NOS NOTES ...
Qualité du produit
Précision
Utilisation
Installation
Rapport Qualité/Prix
Durabilité
Article précédentThessaloniki de FlyTampa disponible pour X-Plane 11
Article suivantSascha Ledinsky (Fsim) travaille sur un nouveau simulateur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom