P-47D Razorback & Expansion Pack

A2A - Accusim

0
36

A2A Simulations

Une nouvelle gamme de produits FS qui me plait beaucoup a vu le jour sur FS et j’espère qu’elle se fera mieux connaître avec le temps : « les (turbo)props hardcore » (si ou peux les appeler comme ça… Il y en a de plus en plus : PBY Catalina, DA Dornier DO-27, A2A B377, Aerosoft Hughes H1-B Racer, etc.
Bon, concernant l’habituel p’tit historique qu’on retrouve au début de 99% des revues, je suis un type plutôt fainéant donc un petit lien Wiki pour ceux qui voudront plus de détails.

Donc, résumons ! Équipé d’un énorme moteur Pratt et Whitney radial en double étoile le P-47 est un chasseur monoplace très puissant (2300ch) et très connu de la deuxième Guerre Mondiale sorti des usines Republic Aviation Company basé à Farmingdale Long Island, État de New York.
Il a été produit à plus de 15000 exemplaires et il existe de nombreuses variantes (une bonne cinquantaine !) mais A2A nous épargne (ouf !) et modélise 3 variantes : P-47D-20-RA, P-47D-22 RE et P-47D-23-RA.

Prix et installation

Vous l’avez compris, il s’agit en fait de deux produits vendus séparément… Il y a d’abord le produit de base, 160 Mo, vendu environ 33 €, qui installe le P-47 Razorback lui même avec ses 3 variantes et une dizaine de livrées. Puis il y a l’extension appelée Accu-Sim, 51 Mo vendue environ 28 €, visant principalement à améliorer le réalisme de la simulation dans son ensemble. La base peut être installée et utilisée seule alors que l’extension nécessite l’installation du Pack de base.
Pas de version CD que je sache. Il ne faut pas oublier de télécharger les SP1 sur leur forums.

Procédure classique pour l’achat : on paie le(s) add-on(s) dans un premier temps (sur le site de A2A ou Simmarket) puis on reçoit un lien de téléchargement par mail en même temps que la confirmation de paiement. Il n’y a pas besoin de code à rentrer ou besoin d’être connecté à internet non plus lors de l’installation…
On retrouve donc les 3 variantes du P-47. La différence entre les variantes étant principalement le diamètre des hélices…

Les manuels

Comme d’habitude après installation, des fichiers au format pdf. font office de documentation écrite en anglais. Ils sont écrits de manière très claire et didactique.
La doc me plait beaucoup car elle me fait penser à ces vieux bouquins d’aviation qu’on a tous dans notre bibliothèque et qui expliquent simplement et clairement plusieurs principes de base de l’aviation (moteurs, etc… ) avec des schémas simples et colorés (pour la plupart). J’ai pris beaucoup de plaisir à lire et relire ces documents expliquant ces principes de base mais aussi les fonctionnements de l’extension Accu-Sim.

Les premières impressions : le visuel

Qu’on n’aime ou pas le P-47, on est forcé de reconnaître le niveau graphique exceptionnel de cette version 3 du Razorback de A2A Simulations. Il est tout simplement MAGNIFIQUE.

Ce n’est pas compliqué, honnêtement pour cette revue, je n’ai même pas essayé de faire des comparaisons avec des photos de l’avion réel. Cela m’a parut limite ridicule tant la modélisation est simplement exceptionnelle en tous points : courbes, fines textures de très haute qualité (encore plus avec le SP1 d’ailleurs), couleurs bien choisies, le métal très bien rendu, rivets (grâce au « bump mapping » de FSX), détails multiples, etc…
Je me suis juste contenté d’admirer et de savourer le travail des artistes 3D de A2A Simulations : une réussite en tous points.

Tout ou presque est animé comme il le faut : le pilote, les lumières extérieures en 3D (bénificiant naturellement de la fameuse technique « 3D Lights M” qu’ils ont eux-mêmes inventée), toutes les surfaces mobiles sont réellement liées aux systèmes hydrauliques (train, volets, cowl flaps) et électriques (oil cooler doors, etc.), même la couleur des gaz d’échappement est fonction des paramètres moteur et change de couleur avec l’introduction d’huile, etc…

Même ambiance dans le poste de pilotage virtuel : toujours de l’Art.
Totalement modifié en 3D une fois de plus, complètement animé et de qualité supérieure : tous les instruments sont modélisés en 3D et sont donc extrêmement fluides.
C’est un add-on parfait pour les possesseurs de Track IR et autres solutions similaires (Hat Track, Free Track) car en plus du magnifique rendu visuel le niveau global des FPS est plus que satisfaisant. C’est donc très fluide pour une superbe qualité graphique (sur ma config bien sûr_ dont vous pouvez lire les spécifications plus bas pour vous faire une idée). Cette fluidité est due en grande partie, je pense, au fait que le Razorbak soit un add-on natif FSX et non pas un export depuis FS9.

Il n’y a pas de panel 2D (Ce n’est pas une première chez A2A)… mais les habituelles combinaisons de touches « MAJ+1… MAJ+6 », etc donnent accès à des panels bourrés d’informations/fonctions utiles et pratiques.
– Des notes pour le pilote,
– Le « Payload and Fuel Manager »,
– Mini Controls (un panel super utilisé afin d’ajuster rapidement quelques systèmes (batterie, lumière, oxygène, etc) en vol),
– Une carte, afin de se repérer,
– Un panel pour régler les radios plus rapidement/simplement,
– Et le « Maintenance Hangar » panel permettant de voir l’état général de l’avion.

Plusieurs livrées sont disponibles dès l’installation mais on trouve également plusieurs autres livrées un peu partout sur les sites habituels. Bon, pour avsim.com, il va falloir que la librairie se remette en place.

Load manager en temps réel

Le Razorback vient avec un utilitaire, accessible sous forme de panel dans FS (MAJ+6), permettant de charger/décharger, en temps réel, le Razorback en essence (réservoirs internes et/ou externes) et en munitions, mais aussi de refaire le plein en huile et en oxygène (important puisque la consommation de ces éléments est simulée).

Comment vole le P-47 ?

Quelques points comme ça me viennent :
– Le P-47 est lourd (lent dans les manoeuvres) mais donne quand même une impression de puissance : on peut faire un tas de manoeuvres acrobatiques simples sans souci majeur du moment qu’on vole au dessus de 170-180 mph mais les vitesses des évolution etc. ne seront pas celles d’un Mustang, plus léger (si on veut comparer).
– Piloter et opérer le P-47 varie complètement avec la masse emportée et la température extérieure : avec un avion lourd il faut redoubler d’attention : distances de décollage, la montée en croisière demandera certainement plus de puissance tout en veillant à ne pas excéder les paramètres limites.
– Ses performances à haute altitude m’ont surpris : quel monstre pour cette époque ! Cet avion des années 40 je le rappelle monte à 30000 pieds sans aucun souci grâce à son turbo compresseur.

– C’est un plaisir différent des simulateurs dits « hardcore » de jets modernes beaucoup plus connus et modélisés dans FS, mais il reste extrêmement plaisant et gratifiant car il faut vraiment tout faire soi-même et rester vigilant en surveillant régulièrement les paramètres les plus importants. Par exemple, personnellement ça faisait un bon moment que je n’avais plus utilisé des trims (ailerons et gouverne de direction_ Trop de PMDG, Level-D et autres!!) pour stabiliser un avion latéralement… et le jeu s’améliore avec l’emport de réservoirs de fuel extérieurs (dont la quantité restante de fuel doit être estimée car aucune gauge dans le cockpit ne donne cette information)… ça m’a fait plaisir !!!!
– Lorsqu’on fait des choses qu’il ne faut pas faire on le ressent. Exemples : l’avion grince lors de manoeuvres trop audacieuses, les cowls flaps vibrent bruyamment et se ferment (sous la pression aérodynamique) lorsqu’on plonge à haute vitesse.
– La trainée produite par la sortie des trains et/ou des volets est impressionnante. Il vaut mieux donc s’y prendre suffisamment tard lors des approches…

Les sytèmes : l’extension Accu-Sim pour plus de réalisme

Mon expérience personnelle des extension Accu-Sim a commencé avec le B377 (Merci Xavier), alors je savais à quoi m’attendre. Mais j’ai été très heureux de constater que le team A2A avait fait des progrès depuis l’Accusim du B377.

La simulation des systèmes est déjà très correcte avec le P-47 de base. Mais elle prend réellement une autre dimension avec l’extension Accu-Sim. On pourrait presque faire une revue entière uniquement consacrée l’Accu-Sim… mais je ne me vois pas le faire alors voici juste quelques détails.

Le système hydraulique (composé d’un circuit principal et d’un circuit de secours) gère le train, les volets (qui sont indépendants) et les « cowl flaps ».
La vitesse de mouvement des éléments animés par le le système hydraulique est fonction de la pression produite dans le système mais aussi d’autres paramètres telle que la pression de l’air en vol…
Les volets de capot (cowl flaps) vibrent (effets visuels et sonores) et se referment sous la pression de l’air lorsqu’on pique à grande vitesse. Les flaps, le train d’atterrissage ou les cowl flaps sortiront plus lentement si la pression est basse ou s’il est défectueux…
Les volets sont indépendants et il faut, bien évidemment, faire attention aux vitesses limites : vous pouvez donc bloquer ou casser un ou les deux flaps. Lorsqu’un volet est cassé il flotte alors librement au gré du vent… Mais lorsqu’un volet est bloqué, il reste fixe et cela bien entendu peut devenir très dangereux si cela n’arrive que d’un seul côté et que l’angle d’inclinaison du volet est très fort…

Electrique : on a bien évidemment droit à une « vraie batterie » avec Accu-Sim… qui se décharge moins rapidement que celle que Microsoft nous sert depuis plus de vingt ans maintenant.
Dépendent aussi de l’électricité les oil cooler doors par exemple…

Oxygène : il ne s’agit surtout pas d’oublier de recharger sa réserve d’oxygène et de mettre son masque si on compte voler au dessus de 13000 pieds… car le phénomène d’hypoxie est simulé. Mais ne vous inquiétez pas, avoir de perdre connaissance on est averti pas la respiration de plus en plus forte et difficile du pilote.

Pratt & Whitney R-2800

Finis les moteurs qu’on peut maltraiter sans en payer le prix d’une façon ou d’une autre dans FS : A2A a apporté beaucoup d’innovations à la simulation du moteur à pistons dans FS avec l’Accu-Sim.

On y est immergé dés le démarrage très « authentique » grâce à la simulation du démarreur inertiel : vous n’avez droit qu’à 3-4 essais avant que le niveau de la batterie ne vous permette plus de démarrer.
Une fois démarré ralenti, il faut veiller à ce que RPM soit au dessus de 1000…

Différents paramètres de l’huile moteur sont aussi simulés.
L’huile est consommée et il faut donc penser à vérifier le niveau du réservoir d’huile avant les vols.
Les « Oil Cooler Doors » permettent de gérer la température de l’huile qu’il faut également surveiller bien sûr…
La pression qui diminue lorsqu’on fait du vol inversé pendant plus de 7 secondes…
On peut jouer sur la viscosité de l’huile grâce au système de dilution : il permet d’ajouter un peu de fuel à l’huile afin de le rendre
La pompe d’huile peut vous lâcher si vous forcez sur le moteur alors que l’huile n’est pas encore suffisamment montée en température.

Pour finir, tous les heures d’utilisation du moteur sont cumulées… Donc lorsqu’on maltraite l’avion, les conséquences sont enregistrées et nous suivent à chaque nouveau vol, à moins de remettre le cumul des heures à zéro avec le bouton « overhaul » dans le panel de maintenance.

Le son

Les sons sont très bons et l’Accu-Sim apporte là encore des innovations : le P-47 Razorback de A2A est tout simplement « vivant ».
Il faut être attentif aux sons qu’il produit car ils traduisent parfois un abus sur la structure de l’avion (atterrissage raté, virage serré, plongeon vertigineux, etc), un moteur maltraité (froid, chaud, changements de régimes trop brusques), un système en panne (turbo, etc.)…
L’ambiance sonore est très poussée et les sons qu’on entend sont réellement un indicateur de l’état de l’avion.

Conclusion

Je pense avoir tout dit… C’est un bijou. Cher mais qui vaut son prix à mon avis (si on le compare en terme de qualité/prix aux PMDG ou aux Ariane). A2A n’a pas lésiné sur les efforts pour cet excellent payware. Définitivement axé pour les Vintages et Hardcore lovers… Rebutera certainement les jeunes « FMC et WX Radar Lover ».
Voilà! Vous savez à qui s’adresse ce magnifique P-47 et ce qu’il a dans le ventre.

 

Réferences

P47 Razorback – Wing12s of Power 3 – 34.99 USD – FSX

Plus d’informations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom