MJC8 Q400 – PILOT Edition

Majestic Software - Version 1.07

0
312

Présentation

L’équipe de Majestic Software a fait sensation en débarquant sur le marché des add ons avec son dernier né : le Dash 8 Q400. Il était attendu comme l’un des avions les plus poussé jamais réalisé pour Flight Simulator X. Il a fallu de nombreuses années de développement et l’avis de vrais pilotes du Dash 8 pour que les développeurs achèvent cet avion… Nous allons vérifier si les objectifs ont été atteints avec cet appareil assez peu connu mais qui vaut certainement le détour.

« Il était attendu comme l’un des avions les plus poussé jamais réalisé pour Flight Simulator X » 

 

Le Dash 8 Q400 est un bi-turbopropulseur régional d’une capacité de 68 à 78 sièges, conçu à l’origine par la firme canadienne De Havilland ; il était alors appelé DHC-8-400 jusqu’au rachat de celle-ci par Bombardier. Sa mise en service a eu lieu en 2000 et son concurrent le plus sérieux est l’ATR72.
La gamme Dash 8 se compose des versions 100, 200, 300, 300A et Q400. C’est cette dernière, qui est également la plus longue, la plus puissante et la plus moderne qui est ici modélisée par Majestic Software. La lettre « Q » signifie « Quiet ».

 

En effet, le Q400 se caractérise par un système de réduction du bruit (NVS ou Noise and Vibration Supression) rendant le confort de sa vaste cabine supérieur à celui de ses concurrents. Ses performances sont également élevées et se rapprochent de celles d’un avion à réaction tout en bénéficiant de la basse consommation d’un turbopropulseur.

Achat et installation

L’achat se fait sans souci particulier, à l’exception qu’il ne se fait pas directement depuis le site de Majestic Software mais via Just Flight, Sim Market ou FS PilotShop pour la somme de 49,95€ pour la version «Pilot Edition». On reçoit alors un lien de téléchargement qui nécessitera alors d’entrer numéro de commande, e-mail et nom. La seule version disponible est la version « Pilot », qui sera suivie par les versions « Pro » et « Training » ultérieurement et contenant des fonctionnalités supplémentaires.

« L’installation est rapide et sans histoire »

Le package comprend l’avion, un utilitaire (Control Panel), une documentation, ainsi que 19 livrées :

  •   Air Berlin
  •   Air Baltic
  •   Air Canada Express
  •   Alaska Airlines (Horizon Air)
  •   ANA (blue)
  •   ANA (green)
  •   Austrian
  •   Croatia
  •   FlyBe
  •   Lufthansa Regional (Augsburg Airlines)
  •   Luxair
  •   Qantas Link
  •   Porter
  •   SAS Commuter
  •   SATA
  •   Skywork
  •   United Express (Colgan Air)
  •   Wideroe
  •   EuroLOT
  •   Air Baltic

Extérieur

« Comme la philosophie de cette add-on est avant tout le réalisme »

Les graphismes des textures sont de bonne facture. C’est tout à fait correct même si on a déjà vu mieux. L’éclairage m’a un peu déçu mais cela n’est pas trop grave dans la mesure où l’intérêt de cet add-on se trouve ailleurs, principalement niveau système et pilotage.

Comme la philosophie de cet add-on est avant tout le réalisme, toutes les conséquences du vol doivent être visibles depuis la vue extérieure. Ainsi, le givrage peut apparaître et disparaître en fonction des conditions et de l’utilisation du système de givrage. La cinématique du train est très convaincante, tout comme les mouvements des commandes de vol, cohérents avec l’état du système hydraulique. On peut même voir les hélices entraînées par le vent au sol lorsque les moteurs sont à l’arrêt, et bien sûr se mettre en drapeau.

On peut noter d’autres détails améliorant l’impression « d’y être », comme les pilotes animés dans le cockpit dont les actions sont cohérentes avec les différentes phases de vol. Le groupe auxiliaire extérieur (GPU) est visible au sol lorsqu’on l’engage, tout comme le petit tracteur du pushback. Les livrées citées plus haut bien réalisées.

Intérieur  2D/3D

Nous ne nous attarderons pas sur le cockpit 2D pour la bonne et simple raison qu’il n’y en a pas. C’est selon moi une erreur, même s’ il sera disponible dans les versions futures (et surtout plus chères). A près de 50 € l’add-on cela laisse un goût amer surtout que les adeptes du 2D sont encore nombreux et cela reste l’idéal pour l’utilisation des systèmes et la précision du pilotage. Il faudra se contenter du cockpit 3D en se focalisant sur l’ambiance à bord.

 

Cela tombe bien car ce cockpit 3D est superbe. Si le rendu visuel est excellent, c’est la fluidité de l’ensemble qui étonne. Rarement l’exigence en matière de FPS a été si raisonnable. C’est un régal à l’heure où la course à la puissance informatique fait trembler les simmeurs (et surtout leur portefeuille).
Les écrans de l’EFIS (glass cockpit) sont somptueux avec un effet « saleté et poussière » saisissant de réalisme.

 

Majestic Software est allé très loin en modélisant tous les systèmes d’éclairage (même la liseuse de la carte est fonctionnelle) et des détails aussi futiles sur simulateur que le déploiement du pare soleil ou de la tablette. En revanche, il faudra faire l’impasse sur la cabine 3D…

Modèle de vol

« Our addon is the only one available on the market, which includes a built-in Flight Dynamics Engine completely independent from the default FSX FDE »

Pour la première fois, le modèle de vol dynamique d’un avion pour Flight Simulator est indépendant de celui-ci (FSX FDE) afin de pouvoir s’affranchir des limites de celui-ci et augmenter encore le réalisme. Ainsi le comportement de l’avion par rapport au vent ou encore les effets de l’hélice se rapprochent encore d’avantage de la réalité. Un nouveau palier a été franchi dans l’histoire de notre bon vieux simulateur.

Je ne suis pas pilote moi-même du vrai appareil mais le comportement de l’avion semble tout à fait correspondre aux performances du manuel. Il est en tout cas très facile à piloter et ne souffre d’aucune incohérence apparente et on s’aperçoit en effet très vite du haut niveau de performance du Q400 !

Aucun souci du côté des vitesses de décollage ou d’atterrissage. Là aussi il est dur de comparer avec la réalité mais le comportement de l’avion est tout à fait normal dans une configuration donnée. Les arrêts décollage (rejected take off) sont marqués par un freinage très puissant. De toutes façon un Dash 8 est évidemment loin d’être l’avion le plus long à stopper dans ce type situation.

Le givrage produit des effets en dégradant les performances lorsque l’on laisse la glace s’accumuler sans actionner les systèmes de dégivrage adéquats, qui redeviennent normaux une fois celle-ci disparue… balaise.

Le comportement de l’avion en cas de panne moteur à lui aussi fait un bond en avant. Ainsi le gauchissement et le lacet en cas de panne sont bien marqués et varient en fonction de la puissance du moteur en fonctionnement. L’actionnement du palonnier et du manche pour contrer ces effets est efficace et on réalise bien que l’on a un déséquilibre de plus de 4000 chevaux ! En tous cas, cela ressemble moins à la salade habituelle des autres avions de FS dans ce cas. Je ne pense pas que la perfection absolue ait été atteinte mais tout semble bien plus sain que ce que l’on a connu jusqu’à présent sous Flight Simulator.

Systèmes /avionique

Si il y a un point crucial dans ce test, c’est bien celui-ci. En tant qu’add-on poussant encore plus loin le bouchon du réalisme, c’est ici où nous serons le plus exigeant. Et bien autant dire que c’est mission accomplie ! 100% des systèmes sont opérationnels tout est cliquable. Il ne manque que le panneau des circuits breakers qui n’est pas encore actif mais ce sera le cas dans les versions futures. Les systèmes, principaux : électriques, hydrauliques, pneumatiques, pressurisation, dégivrage … sont fidèles et fonctionnels.

 

Le FMC (ARCU sur le Dash 8) est lui aussi bien modélisé avec sa logique toute particulière (rien à voir avec un Airbus ou un Boeing mais on s’y fait).

Le pilote automatique (sans auto manette, un peu de travail ça ne fait pas de mal !) se comporte bien. Les radios sont 100% simulées via une interface digitale appelée ARMS qui gère également le transpondeur et le TCAS. Même les systèmes les plus difficiles à trouver sur un add on sont présents comme l’EGPWS. Le radar météo est fonctionnel et utilise les données météo de FSX . Le résultat semble correct et pourrait faire réfléchir les éditeurs hésitants à cause des limites (dans FSX le radar n’est pas capable de détecter les précipitations comme dans la réalité).

La gestion des moteurs est aussi bien reproduite. Nous l’avons dit, il n’y a pas d’auto manette sur le Dash 8, mais les différents crans des manettes de puissance (Power) ainsi que celles de gestion de l’hélice (condition) respectent la logique du vrai appareil. Il est également possible d’utiliser les extincteurs de ceux si, ainsi que celui de l’APU en cas d’incendie conformément à ce que requiert un add-on hardcore. L’auto Feather (mise en drapeau automatique) s’engagera en cas de panne d’un des moteurs afin de pouvoir continuer la montée en toute sécurité en réduisant la traînée de l’hélice.

A noter que le copilote a droit à ses propres instruments contrôlables séparément exactement comme dans un vrai cockpit.

Alors parfaits les systèmes ? Oui on peut le dire en gros…mais comme la perfection n’est pas de ce monde on regrettera l’absence de Head Up Display (réservé aux autres versions).

En tous cas un grand bravo aux développeurs qui sont allés au bout des choses en rendant un cockpit quasiment aussi fonctionnel qu’en réalité !

Sons

L’ambiance sonore est une invitation à l’immersion. Le bruit des turbos propulseurs Prat & Whitney est un bonheur. Le copilote est désespérément silencieux mais vous vous sentirez moins seul avec les annonces faites aux passagers par l’hôtesse, le tout sous une ambiance musicale douce pendant l’embarquement…

Documentation

C’est une petite déception ici il faut l’avouer pour un add on « hardcore ». L’essentiel pour s’en sortir avec cet avion est là. Il y a un petit tutoriel, un manuel des systèmes, et des tables de performances, mais cela ressemble plus à un résumé fait par Majestic que d’une documentation type constructeur comme celle ultra complète que l’on retrouve chez PMDG par exemple. Pas de QRH et donc pas de checklist d’urgence, pas de manuel complet FCOM, des abaques se limitant aux perfs de décollage et d’atterrissage. Une fois de plus il faudra revoir son budget à la hausse pour une version supérieure pour y avoir droit.

FPS (frame per second)

Comme quoi quand on veut on peut. Majestic Software nous pond l’un des appareils les plus complexes de l’histoire mais avec des FPS les plus satisfaisantes qu’il soit. C’est quasiment un exploit technique. C’était de toute façon indispensable de ne pas faire trop souffrir nos configurations vu l’utilisation obligatoire du cockpit 3D. En tous cas les éditeurs d’add-ons en général semblent prendre une bien meilleure voie qu’avant sur ce point.

Quant à la stabilité du logiciel en lui-même, il n’y a rien à redire non plus et j’ai pu tester la bête pendant des heures sans le moindre plantage ou crash quelconque.

Extra

Simple et efficace. Un utilitaire nommé Control Panel permet de régler certaines options comme les unités du tableau de bord, la sensibilité des commandes, mais aussi le chargement et le centrage. Dommage cependant de ne pas avoir de fuel planer. Quelque chose de beaucoup plus complexe sera disponible à partir de la version Pro avec des gestions de pannes ou de partage de cockpit.

Références

MJC8 Q400 PILOT Edition – 40.49 EUR – FSX/P3Dv2/3

Plus d’informations

NOS NOTES ...
Achat, installation et prix
Systèmes
Modèle de vol
Graphismes 2D/3D
Documentation
Sons
Extra (utilitaire, etc..)
Article précédentH36 Dimona X
Article suivantL-1011 Tristar

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom