Boeing B17G Flying Fortress

A2A Simulations

0
38

Présentation générale de l’éditeur A2A

A2A est un éditeur pour « hardcore simmer » spécialisé dans les appareils de la seconde guerre mondiale. Pour FS2004, il existe le FW190D,A,E, P51D, SPITFIRE, P47,He219, B17F/G. Pour FSX, le P40, B17G, Bf109e, P51D, SPITFIRE, B377, Piper Cub avec des packs Accu-sim mettant un certain nombre de produits à un standard supérieur de fonctionnalité et donc de réalisme que l’on ne retrouve par pour les versions FS2004. Mais A2A a également développé un simulateur indépendant de flight simulator : BATTLE OF BRITAIN wingd of victory II.

Un peu d’histoire du Boeing B17

L’histoire du Boeing B17 débute le 18 Juin 1934 et le premier prototype prend son envol en Juillet 1935. Ce dernier donne entière satisfaction, mais son premier vol officiel est un désastre puisque l’avion s’écrase dès le décollage dû à une erreur humaine. 13 exemplaires de pré-série du B17 furent commandés sous le nom de YB-17. Développé dans une période de dépression économique, ce premier bombardier quadrimoteur ne sort qu’à une trentaine d’exemplaires opérationnels au début de la seconde guerre mondiale. Le baptême du feu du B17 a lieu sur le front européen avec la Royal Air Force qui en avait quelques exemplaires. Il possédait un rayon d’action lui permettant d’atteindre des objectifs éloignés, cependant les chasseurs d’escorte n’étaient pas assez performants sur ce point pour le suivre, le laissant à la merci des avions de chasse ennemis. Apparaît en septembre 1943 une nouvelle version dénommée B17G armée de 13 mitrailleuses, et 2,3 tonnes de charge offensive sur des missions normales pouvant atteindre 8tonnes. C’est alors qu’il reçoit son fameux surnom de « Flying Fortress », la Forteresse volante. Il participa à tous les raids majeurs de la seconde guerre mondiale. Il servit après le conflit à des usages civils. Il en a été produit 12731 exemplaires. Il en reste encore aujourd’hui quelques uns en état de vol.

Quelques caractéristiques : 
Longueur : 22,80m – Envergure :31,80m – Hauteur :5,80m – Poids à vide : 14842 kg
Vitesse maximale : 486 km/h – Rayon d’action : 2980 km – Plafond : 10670m
Armement : 13 mitrailleuses 12,7mm
Charge offensive : 7985kg
Equipage : 10 hommes
Motorisation :4 moteurs Wright GR-1820-97 (9 cylindres en étoile de 1200ch chacun)

Achat et installation

Tout d’abord, l’addon n’existe que pour FSX. Pour acquérir le produit complet, il est nécessaire d’acheter la version standard au prix de 32,99$ pour 56MB. Le pack complémentaire « ACCU-SIM » est au prix de 29,99$. Cette expansion ajoute entre autre le hangar de maintenance avec ses nombreuses options d’entretien et de suivi de navigabilité. Mais aussi des améliorations sur l’environnement sonore, la gestion du circuit électrique, la visualisation des vibrations dans le cockpit et sur les capots moteurs. Ce n’est pas tout, il est ajouté également l’assistance de l’équipage avec ses nombreuses animations associées. Ce pack est essentiel pour profiter de l’addon à son meilleur niveau.

L’installation de ces fichiers est classique et sans surprise. L’addon est livré avec quatre livrées différentes du B-17G le Heaven Sent, Joker,Scheherazade et Yankee Lady.

Dans la page d’accueil de FS X ne pas oublier dans le panneau de configuration de paramétrer et de désactiver la case Activer richesse automatique.

Des livrées supplémentaires en freeware

Vous pouvez trouver en téléchargement gratuit sur AVSIM (~20Mo) les livrées suivantes.

Le B-17G #44-6954 F (Repaint par Jan Kees Blom) 
A effectué plus de 100 missions avec le 569ème BS / 390ème BG de Parham-Framlingham, ROYAUME-UNI.. Il a participé à l’Opération Chowhound, parachutant des réserves de vivres sur les Pays-Bas affamés début mai 1945. A survécu à la guerre.

 

Le B17G #43-38909 ‘Kraut Krusher’ (Repaint par Jan Kees Blom) 
C’est l’appareil du 748th Bomb Squadron qui vola avec le 457th BG de Glatton, UK. Il fut endommagé le 14/02/1945 au cours d’un raid sur Dresde et pu atterrir près de Dijon en France.

 

B-17G #42-97519 « Outhouse Mouse » (Repaint by Jan Kees Blom)
A effectué plus de 100 missions avec the 323rd BS/ 91st BG de Bassingbourn, UK, A survécu à la guerre. Basé sur le repaint kit par A2A.

 

B-17G #42-40003 WA-H « Ol’Gappy » (Repaint by Jan Kees Blom) 
A volé avec le 524th BS/ 379th BG from Kimbolton, UK. Il effectua au total 157 missions, un record des bombardiers basés au royaume unis,il a survécu à la guerre, et seulement a été abandonné à Kingman, AZ, après la guerre.

 

B-17G # 42-102516 30-H « Ol’Gappy » (Repaint by Jan Kees Blom)

Documentation et multimédia

Deux manuels entièrement en anglais sont disponibles après l’installation « b17 manual » de 33 pages et « b17 accusim manual » de 159 pages. Concernant le B17 manual, il s’agit d’une présentation de la version basique de l’addon sans avoir installé le module ACCUSIM. Néanmoins, il y a une présentation générale des systèmes de l’avion, des caractéristiques propres à la modélisation développée avec les effets reproduits, et chose importante des tableaux de références des performances de l’avion. En fin de document, des numérisations de la documentation d’époque. Le second manuel A2A B17 ACCUSIM MANUAL est nettement plus complet avec ses 159 pages. Il présente l’accu-sim expansion pack. Il est divisé en 6 chapitres dont un quick start guide permettant de prendre en main rapidement la « bête » Puis on entre dans les détails avec les chapitres suivants avec notamment de vrais cours techniques sur les moteurs, et les incidences de la température, de la mixture,…. Puis nous avons bien sûr des descriptions détaillées des différents panneaux du cockpit (utile à imprimer pour effectuer un environnement cockpit) Enfin, il y a une série d’explications d’utilisation des différents systèmes et sous-systèmes utiles à connaître pour une utilisation correcte de l’appareil (induction system, Fuel system, oil system, hydraulic system,….)

En page 121, on peut découvrir la page emergencies utile pour traiter une panne. Il existe également 5 vidéos de familiarisation consultables à partir du siteA2A ou Youtube à savoir Maintenance Hangar de 09minutes, Engine Start and Takeoff de 09minutes, In flight de 07minutes , dropping Ordnance and hard landing de 06minutes, Diagnosing Engine problems in flight. Je vous conseille également une vidéo de présentation A2A du vrai B17G.

L’interactivité est à l’honneur

En effet, il existe 07 fenêtres de contrôles activables de MAJ + 2 à 8 . Voici un descriptif des principales fonctions et caractéristiques :

« crew’s reports » (Maj + 2) 
Un premier cadre donne des indications de vitesse sol, d’autonomie (temps et distance franchissable), d’informations sur certains systèmes et d’une information générale d’inspection de maintenance. Un second cadre inférieur donne des informations concernant des données de références moteurs pour les différentes phases de vol. Enfin le dernier cadre est très important pour la suite , c’est la check list. Nous y reviendrons plus en détail. Pour information, il est possible de faire jouer la transparence de cette fenêtre par un contrôle au niveau de l’onglet « transparency »

« controls » et « Co-pilot » (Maj + 3) 
Le premier panneau de contrôle est divisé en trois colonnes « crew, electric, lights » permettant l’activation de différents systèmes ou animations. Sous ce cadre se trouve un panneau de contrôle pour le réglage des volets régulateur d’air des moteurs. Le cadre suivant concerne la gestion des actions menées par le copilote. En effet, vous pouvez déléguer un certain nombre de gestion au copilote concernant la régulation de la puissance moteur, du système d’air des moteur, Enfin, trois onglets de contrôle permettent d’activer un auto start, une sélection du mode de contrôle de la puissance, et une mise automatique en cold and dark. A noter qu’en vue extérieure, la mise en état de l’appareil cockpit froid fait en sorte de faire disparaître l’équipage. Par contre si vous décidez de cette vue de vous rendre dans le cockpit, l’équipage réapparaît. Ce sont ces petits détails qui en font un produit d’une grande finesse.(ce n’est que le début !!)

« Payload and Fuel Manager » (Maj + 4) 
Plus besoin de l’interface FSX, tout se passe en un seul lieu (et tant mieux). Cette fenêtre permet de gérer la charge de l’appareil en carburant pour chaque réservoir. Là aussi, je vous conseille d’observer la réaction de l’appareil lorsque vous pré-sélectionnez le chargement en carburant avec l’adjonction de réservoir supplémentaire en light, medium, heavy….. il y a un affaissement très net des amortisseurs. C’est raffiné !!!!! . Une autre interface de la fenêtre permet de charger des munitions ou un réservoir supplémentaire par exemple. Il est utile également de vérifier les couleurs des différents cadres sous le titre FILL/CHARGE concernant en autre l’oxygen, l’huile,…..,c’est essentiel pour éviter tout incident qui arrivera sans aucun doute si la négligence vous anime….. Enfin, il existe un cadre de gestion des pompes de transfert carburant et un cadre de sélection de l’indice d’octane carburant (ayant une influence sur certains réglages de vol) et le grade de l’huile. Tout a son importance !

GPS (Maj + 5) 
Cette fonction est une autre forme du GPS. L’éditeur a voulu faire apparaître sous une forme plus moderne mais distincte de FS l’outil du navigateur du B17. Il est composé de deux fenêtres : une carte sur laquelle plusieurs informations peuvent apparaître par l’intermédiaire de la seconde présentant des boutons de sélections des aéroports, ….

Radios et navigations ((Maj + 6) 
Il s’agit de la fenêtre permettant de régler les fréquences radios et de navigations en mode simplifié par rapport aux instruments présent dans le cockpit virtuel

La maintenance (Maj + 7) 
Cette fenêtre est désactivée lorsque les moteurs sont en fonction. Cette fenêtre permet d’accéder à l’état de chaque moteur avec leur temps d’utilisation, leur état. On peut également en sélectionnant l’onglet INSPECT ouvrir un autre fenêtre afin de vérifier l’état de pièces internes au moteur et le cas échéant remplacer une pièce défectueuse. Sinon, on peut également suivre les échéances d’opération de maintenance

Engine Selector (Maj + 8) 
Cette fenêtre gère principalement les magnétos, c’est un plus non essentiel, mais ayant un côté pratique.

Une optimisation de l’affichage

Un grand avantage avec A2A, c’est la fluidité de l’addon. En effet, malgré la complexité du modèle simulé, même avec une configuration système moyenne, il n’y a aucun ralentissement d’affichage, le framerate est parfait. On s’aperçoit maintenant avec certains éditeurs, que certains sont désormais optimisés pour FSX et ne sont plus une adaptation de FS9 pour FSX.

Le cockpit

Il s’agit d’un avion de la seconde guerre mondiale conçu à la fin des années 30, il ne faut pas vous attendre à du glass cockpit ! Toute l’instrumentation est analogique. On retrouve des classiques comme l’altimètre, anémomètre, bille et maquette, variomètre, compas mais pas de conservateur de cap omnidirectionnel, un horizon artificiel, deux systèmes de radio navigation tout ceci sur la planche de bord avec en localisation centrale les instruments primaires car il n’y a pas la place pour doubler ces instruments. Le copilote a de son côté tous les instruments relatifs à la surveillance des moteurs (pression d’admission, pression d’huile, pression essence, températures cylindres,….). En console centrale basse, les magnétos, le manifold pressure selector, les manettes du pas d’hélice, les manettes de richesse, ….. La console supérieure permet les réglages des fréquences radio et radionav. Sur la droite du captain, le panneau de gestion électrique (batterie, générateur, inverter, lumières,……) réchauffage cabine.

Pour les néophytes, une aide existe en français. Passer votre souris sur les différents panels, il apparaît alors une légende de l’instrument.

L’inspection externe de l’avion 
Par défaut, l’appareil est moteur tournant. Mais en shift3, une fenêtre divisée en six parties apparaît me permettant de sélectionner l’option « Cold and Dark ». Je conseille d’activer directement cette option afin de découvrir la bête plus calmement ! Tous les interrupteurs se mettent sur off, les moteurs se coupent et une visualisation extérieure permet d’admirer le B17G avec ses cales, les échelles d’accès. Shift E permet d’ouvrir une porte latérale d’accès équipage et une seconde trappe d’accès du même côté droit.

La mise en route à partir d’un cockpit « COLD & DARK » 
La mise en route de cet appareil de légende n’est pas aisé. Il ne s’agit pas d’un avion moderne avec une assistance électronique. Tout d’abord pour débuter je vous conseille d’imprimer une dizaine de feuilles du manuel afin de localiser les instruments dans le cockpit cela vous aidera pour suivre la checklist. Autre conseil important, je vous encourage à ouvrir les fenêtres du cockpit car de la buée apparaît assez rapidement (c’est la chaleur corporelle de l’équipage qui provoque cet effet ! et c’est réel). Vous pourrez ainsi entendre les bruits extérieurs plus nettement. Le son est bel et bien nuancé par rapport à la configuration de votre cockpit. Sinon pour la mise en route de l’appareil il faut bien compter environ 17 minutes quand tout se passe bien. Si vous commettez des erreurs trop graves cela peut endommager certains systèmes. Sinon il suffit de suivre la checklist en shift 2.

La mise en route simplifiée 
Il est possible d’accélérer la procédure de démarrage des quatre moteurs via une mise en route « simplifiée ».

Néanmoins il faut respecter quelques consignes :

Pour le roulage je vous conseille de déléguer la gestion des volets de régulations d’air au copilote car une surchauffe peut survenir ! Pour manoeuvrer l’appareil au sol il faut jouer avec les freins différentiels, en effet la gouverne de direction n’est pas couplée avec la roulette de queue. Car il s’agit bel et bien d’un avion à train classique !! Petite cerise sur le gâteau, le son grincement des disques
de frein est reproduit ! Le décollage s’effectue en respectant également la check list, le copilote annonce les vitesses. La rotation doit s’effectuer progressivement sans brutalité. En montée, bien respecter la checklist associée en Maj + 2. Pour le vol en palier, les virages et la descente, jetez un coup d’oeil à la checklist associée pour respecter les paramètres de vol et les configurations. L’avion se manoeuvre aisément pour un monstre de cette taille. On peut ainsi ressentir son inertie ! A l’atterrissage, l’avion a un comportement très souple, en maintenant une pente d’approche assez douce avec une vitesse constante l’atterrissage s’effectue comme une fleur ! un vrai plaisir.

Les animations

Plusieurs animations sont disponibles à travers cet addon. Tout d’abord, les membres de l’équipage, qui sont visibles depuis toutes les vues extérieures. Ils sont tous animés selon leur poste respectif. Vient ensuite l’armement : Les tourelles équipées de mitrailleuses sont également animées. Petite particularité concernant la tourelle se trouvant sur le dessus et en dessous du fuselage. En effet, pour que ces mitrailleurs prennent place à leur poste, il est nécessaire d’activer « gun turrets » en Maj + 3. Vous pourrez constater que celui du dessus fait plus que d’apparaître, il se met en place.

Enfin, il y a la soute à munition. Pour larguer des bombes, il faut au préalable en charger ! même s’il est possible d’en sélectionner en cours de vol,( mais ceci n’est pas très réaliste !). Ainsi, en Maj + 4 « payload », il est possible de sélectionner BOMB BAY : BOMBS 6000lbs. Pour la suite des opérations, mettez vous en vue extérieure sélectionnez Maj + 3 Crew Bomb doors en Open, votre copilote vous indique oralement l’ouverture de la soute, la séquence débute, vous pouvez apercevoir votre chargement en bombe, puis sélectionnez Drop payload toujours en Maj + 3, pour le largage. Enfin, automatiquement, le copilote vous annonce la fermeture de la soute qui se ferme alors toute seule.

Aussi, une des nombreuses caractéristiques de cet addon est la modélisation de l’animation de vibrations. Cela concerne la planche de bord mais aussi les capots moteurs. Enfin, on peut entendre très souvent des dialogues durant le vol vous ne vous sentirez pas seul à bord de cette forteresse volante. Votre copilote vous communique régulièrement des informations sur le vol, mais aussi au décollage pour les différentes phases de vol (rotation, rentrée du train, des volets,…) et quelques autres surprises, à vous de le découvrir.

Les sons & l’éclairage
Sur le plan des sons, tout y est modélisé, de la mise en pression du circuit hydraulique en passant par des modulations de l’environnement cockpit par rapport à l’extérieur. Le bruit des freins lors du roulage est également une grande réussite.

L’éclairage du cockpit s’effectue à l’aide des switchs présents sur le front panel. Deux éclairages différents sont applicables et de toute beauté, avec soit un éclairage complet de la planche de bord ou un éclairage des instruments uniquement. Concernant l’éclairage extérieur de l’appareil, là aussi une grande réussite. Notamment le rendu des phares avec une diffusion très réaliste de la lumière.

Enfin, petit bémol sur les pannes, j’ai pu remarquer que si l’on active le générateur de panne FSX, le crew report ne prend pas en compte les incidents. Par contre les pannes ont bien lieu. Sinon, là encore un beau travail a été réalisé sur le visuel des dégâts qui est reproduit notamment sur les hélices, mais également sur les incendies.

Références

Wings of POWER II: B17 – 32.99 USD – FSX

Plus d’informations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom