Boeing 707 Captain

Captain Sim

1
172

Introduction du Boeing 707 Captain

Boeing 707 Captain ou 367-80 Dash 80 est un quadriréacteur et le premier jet construit par la firme de Seattle. Ce n’est pas le 1er jet commercial mais c’est celui qui a été le mieux vendu. Il a effectué son premier vol le 15 juillet 1954 et est entré en service en 1958. Le but de Boeing était de construire un jet (car l’ère de l’hélice touche à sa fin) afin de faire des vols transcontinentaux. Cet avion a été construit jusqu’en 1991! et est encore en service aujourd’hui même ; il s’il s’agit essentiellement de version CARGO.

Le Boeing 707 Captain a battu le record de la traversée d’Ouest en Est des Etats-Unis (Seattle – Baltimore) en moins de 4 heures en 1957. Les moteurs JT3D ont été optimisés au début des années 1960 afin d’améliorer la consommation, le rayon d’action et de baisser le bruit.

1012 avions ont vu le jour. Peu de concurrence pour Boeing, hormis le DC-8. Plusieurs versions de cet avion ont vu le jour. Le 1er modèle fut le 707-120. Le 727-220 fut produit mais qu’à 5 exemplaires, ce fut une version plus puissante du 120 mais qui n’a pas connu de succès à cause de sa consommation. Le 707-320 et -420 furent des évolutions du -120 et permirent la traversée de l’Atlantique sans escale grâce à des capacités en carburant plus importante. Le -420 se distingue du 320 par son moteur (Rolls-Royce au lieu du Pratt & Whitney)

« Boeing 707 Captain a battu le record de la traversée d’Ouest en Est des Etats-Unis » 

La société « Captain SIM » a été créée en 1999 même si quelques années auparavant, certains développeurs ont fait leurs armes sur des freewares. Cependant leur premier produit est sorti en 2001. CS a déjà modélisé le 707 en 2004 (Legendary 707) mais l’ont refait pour FSX en 2010. CS a également développé le Boeing F/A 18 pour le pack Acceleration de FSX.

Achat et présentation de l’add-on Boeing 707 Captain

L’achat de l’add-on ne pose aucun problème. A l’heure où ces lignes sont écrites, le base pack vaut 29,99€. L’achat se fait facilement, avec une carte bancaire ou par Paypal. Ayant l’habitude de faire mes achats par Paypal, je n’ai eu aucun problème, le paiement a été validé dans la foulée et l’add-on téléchargé rapidement. L’installation ne pose aucun problème, on renseigne la clé d’activation, le répertoire d’installation (détecté automatiquement). Le package est plutôt lourd et ne comprend pas les manuels.

Certains simmers aiment bien avoir des packages séparés car cela permet de diminuer le poids du produit lors du téléchargement, alors que d’autres (dont moi !) cela me gène de devoir retourner sur mon espace client pour devoir télécharger les manuels. Je préférerais vraiment les avoir dès le début.
Je souhaite surtout avoir enfin un tutoriel afin de bien faire connaissance avec l’avion. 3 manuels sont disponibles, un qui décrit l’add-on et le fonctionnement, le deuxième qui décrit les systèmes de l’avion (modélisé ou non) et le dernier qui donne les procédures normales.
Le prix de l’add-on est plutôt correct et les extensions pas trop onéreuses. Le modèle modélisé est le 707-300 avec les variantes B et ADV. 3 extensions sont disponibles :

  •   un modèle fret, une variante A, B, et ADV.
  •   une version 300C, convertible fret / passager en théorique, mais CS l’a fait qu’en fret
  •   e VC-137, plusieurs livrées dont celle de Air Force One, pas de cabine virtuelle
  •   E-3, version AWACS, pas de cabine virtuelle

Plusieurs livrées sont disponibles par défaut. D’autres sont disponibles sur le site de Captain SIM ou sur AVSIM. L’outil ACE cher à Captain SIM est minimaliste, il ne permet pas de faire grand-chose :

  •   il permet de supprimer des livrées
  •   afficher / masquer la cabine virtuelle
  •   de gérer le payload (pax et fret)

Il serait bien que l’on puisse gérer les options de démarrage (cold & dark, ready to push, ready to take-off), les options de navigation (via Doppler, via l’INS) et surtout de calculer le carburant nécessaire pour faire un vol.

Je reproche une chose sur le site de Captain SIM c’est que sur la page des produits on ne voit pas le prix des produits ! Il faut passer par la boutique pour avoir le prix et lorsque l’on clique sur l’avion en question on retombe sur la page d’informations. Je trouve cela plutôt déroutant mais avec l’habitude on oublie ce point.

Lancement de l’avion sous Flight Simulator X

Lorsque l’avion est chargé la première fois, plusieurs boites de dialogue apparaissent afin de valider les gauges. Petit point de détail, il serait bien que Captain SIM signe numériquement ses gauges afin de toutes les valider d’un coup ! L’avion apparaît bien dans le constructeur « Captain SIM » et les noms des livrées apparaissent sans aucun problème particulier.

Modèle extérieur

Le modèle extérieur est de toute beauté, on peut apercevoir les nombreux détails sur la carlingue, les hublots en 3D, le détail du train d’atterrissage, des nacelles. Les animations sont présentes partout, les parties mobiles (gouverne, ailerons, spoilers) sont bien animées.
La silhouette de l’avion est plutôt harmonieuse même si les ailes sont un peu particulières, les moteurs semblent trop petits pour le gabarit de l’avion!
D’ailleurs concernant les moteurs du 707, ils sont suralimentés car leur puissance de base ne leur permet pas de fournir toute la poussée nécessaire et fournir l’air comprimé pour les packs. Cependant, trois des quatre moteurs sont suralimentés. Captain SIM a bien modélisé la nacelle du moteur 1 qui est bien différente des trois autres nacelles.

Modèle intérieur

Le cockpit virtuel est extraordinaire, c’est ce qui fait la réputation de l’éditeur. On peut apercevoir, en zoomant sur les instruments, qu’ils sont réalisés en 3D. Le texturage est très bien fait, on aperçoit que ce 707 a vécu et qu’il est sorti des usines depuis pas mal de temps! Presque tous les objets sont en 3D avec pas mal de goodies (la porte du cockpit qui s’ouvre, les fenêtres qui s’ouvrent, les yokes qui s’affichent / disparaissent afin d’accéder aux zones cachées par ceux-ci, les sièges qui s’inclinent et j’en passe). Toutes les portes peuvent s’ouvrir, y compris le dome, on peut voir le détail des moteurs, c’est un régal. En vol, même la casquette du pilote accrochée derrière le siège se balance en fonction de l’inclinaison de l’avion, les masques à oxygène bougent au freinage. Tous ces petits gadgets ne servent peut être à rien mais pour moi ça aide au réalisme et renforce l’immersion. L’immersion aide au réalisme et le réalisme aide à l’immersion. Pour moi ces deux aspects sont liés et doivent être retranscrits lors de l’utilisation d’un add-on sur Flight Simulator. Par contre, il manque quelques animations concernant les groupes de parc et compresseur extérieur, ils sont tous simplement inexistants graphiquement. Ceci est bien dommage et ce serait bien que CS innove de ce côté là.

Petit détail, l’avion est complètement compatible avec DirectX 10, ceci permet un meilleur contrôle des ombres (ombres dynamiques). Le framerate est plutôt bon même si sur les grosses structures aéroportuaires, on note une importante baisse de performances.

Les sons

CS a enfin corrigé le problème des sons sur ces add-ons avec le 707 Captain. Avec le 727 et le 757 j’ai eu pas mal de problèmes (et je ne suis pas le seul!) où aucun son n’était présent. Les sons sont plutôt convaincants dans l’ensemble sauf peut être pour les moteurs.
Les sons de démarrage des moteurs ne sont pas terribles à mon goût, ils ressemblent trop (ou sont identiques) au sons des avions inclus dans FSX. Une fois les moteurs démarrés, leur bruit est assourdissant. En vue extérieure, on peut voir qu’au fil des années les normes antipollution ont fait leur apparition car les moteurs de ce 707 ne font pas dans la dentelle, on a le droit à des volutes de fumée noire à plein régime !

Un pack de son est également disponible, avec les voix du commandant de bord et celle de l’hôtesse. Ceci ne sert peut être pas à grand chose mais renforce l’immersion ce qui est un bon point.

Les systèmes

Les systèmes sont plutôt complets dans l’ensemble mais il ne faut pas s’attendre à avoir de l’automatisme dans cet avion. Il ne faut pas oublier que cet avion a été lancé dans les années 50.

Concernant la navigation, point de FMC dans cet avion, ça se fait à l’ancienne, radio navigation avec les VOR, NDB, via le Doppler ou via l’INS. Captain Sim a préparé un panel spécifique pour l’INS mais qui requiert le freeware de Simufly (indispensable si vous possédez le Concorde de FSL). En cockpit virtuel, seule la position géographique est affichée quel que soit le mode choisi. Dommage, il aurait été pas mal de l’avoir fait entièrement en 3D et utilisable (comme l’ont FSL et Simcheck (même s’il ne s’agit pas d’une gauge Simufly)). De plus chose bizarre, le switch de mise en fonction de l’INS présent sur l’overhead n’est d’aucun effet sur la gauge 3D, il faut passer par le panel 2D afin de le mettre en fonction. L’autre mode de navigation est le radar Doppler. Assez simple d’utilisation une fois que l’on a compris le principe, il permet de faire naviguer l’avion sur un cap et sur une distance donnée. Par contre pour ce faire, et ceci n’est pas spécifié dans la documentation mais plutôt sur les forums de Captain SIM, il faut charger un plan de vol dans FSX. Etant plutôt méfiant avec les avions qui permettent le chargement des plans de vols de FSX (en général ces avions ne sont pas forcément modélisés dans les moindres détails), je trouve que cette navigation se fait plutôt naturellement et ce n’est pas juste un suivi GPS comme on pourrait le penser.
Le pilote automatique n’est pas comme les avions modernes, le directeur de vol est dissocié du PA. Le pilote automatique permet de gérer la navigation latérale, mais pas la verticale. Le PA permet de gérer le suivi d’un cap (HDG), d’une radiale, d’un VOR LOC. Il y a également un mode NAV qui sert au suivi latéral par l’INS ou par le Doppler. Par contre aucune possibilité de sélectionner son altitude, tout se fait à la main. Une fois arrivé à son altitude de croisière, il suffit d’enclencher le maintien d’altitude.

Il n’y a pas également d’automanette, donc il faut gérer la puissance soi même.
L’overhead est entièrement fonctionnel, tous les switchs y sont, le son des clapets est très bien rendu comme les commutations (sélecteur de positions pour l’essential power, les bruits lorsqu’on enclenche les génératrices…). Les breakers sont modélisés en 3d, seuls certains peuvent être actionnés mais je n’arrive pas à savoir s’ils fonctionnent réellement.
Petit mot sur les situations de départ. Il serait bien que Captain Sim fasse des situations de départ différentes:
– cold & dark
– prêt à décoller…

De plus, moi qui me suit créé une situation en cold & dark, les fuel lever sont toujours en position ouverte alors qu’il faudrait qu’elles soient en position fermée ( Bon il est vrai que ce point doit être vérifié dans la check-list). Autre point gênant pour moi, je suis parti d’une situation de départ à partir du Cessna avec le switch « avionic master » en off. Même avec la batterie et le groupe de parc ou les génératrices en fonction, la radio ne fonctionne pas. Avec FSUIPC en version payante et le paramétrage fait sur l’avionic master switch, tout rentre dans l’ordre mais je trouve que cela fait désordre. Je rencontre le même problème sur le 727 et le 757.

Comment se comporte l’avion en vol du Boeing 707 Captain

Batterie sur On, DC Volt Selector sur Bat pour vérifier la tension. L’avion commence à vivre !
On connecte l’external power car il n’y a pas d’APU sur cet avion! Il faudra démarrer un moteur à la porte et les autres via le crossbleed.
Essential power sur la position Ext Power afin d’alimenter l’avion via le groupe de parc. On vérifie le voltage et l’ampérage AC via le sélecteur. Chose surprenante, j’arrive à démarrer les moteurs même sans avoir besoin d’air comprimé !
Captain Sim fournit quelques tables de performances mais, cela n’engage que moi, elles sont inutilisables en l’état; je prends l’exemple des tables de performances pour le décollage, nous avons une table avec le poids en ordonnées et la température en abscisse et à chaque intersection V1, Vr et V2. Seul problème, dans ce tableau on ne sait pas à quel degré de volets il faut décoller, quelle puissance EPR est nécessaire et quelle longueur de piste est nécessaire. Pour profiter au mieux de cet add-on il faut vraiment que CS se donne les moyens de nous fournir les tables afin de mieux coller à la réalité. En glanant sur Internet quelques documents, j’ai pu mettre la main sur les tables EPR.

Le décollage est vraiment l’instant de vérité, les moteurs mettent du temps à fournir la puissance et celle-ci est assez limitée pour faire décoller l’avion. Essai d’un décollage sur la piste 04R de Nice avec un cran de volets (14°), un EPR de 1.82, V1 = 123 pour un poids de 245 000 livres. La longueur de piste est tout juste suffisante pour l’avion! Idem sur Tarbes, EPR de 1,82, Vr de 112 pour un poids de 200 000 livres, il faut toute la piste pour décoller. Par contre même avec ses approximations l’avion décolle bel et bien avec la valeur théorique. La gestion de l’EPR est pour ma part très bonne. L’avion se prend bien en main, la montée se fait lentement, on peut bien resentir le poids de l’avion. Celui-ci réagit bien, même si je trouve que le trim est beaucoup trop « violent » et trop réactif. Le 737 NGX est bien plus souple dans la gestion du trim. Ceci gâche un peu le réalisme.

La puissance réduite des moteurs n’aide pas à la montée jusqu’à l’altitude de croisière, cependant une fois arrivé à cette altitude, l’avion réussit à prendre suffisamment de vitesse pour croiser à Mach 0.8
N’étant pas pilote il est difficile de dire si le décrochage est bien modélisé, pour moi l’avion a tendance à partir en vrille et dans ce cas il est difficile de sortir du décrochage.

L’approche doit se faire avec douceur car la puissance des moteurs n’étant pas extraordinaire, il faut faire attention de ne pas se retrouver en situation de danger car les moteurs ne réagissent pas vite. En début de descente, je trouve que l’avion a du mal à perdre de la vitesse mais après il faut du doigté pour bien garder la vitesse d’approche. Un conseil, ne surtout ne pas se mettre en situation de danger avec les volets sortis et peu de gaz, le décrochage n’est jamais très loin. Il ne faut pas oublier que sur cet avion, il n’y a point d’auto-manette ! L’avion est capable d’atterrir en automatique et le flare est plutôt doux, il faut juste veiller à garder la bonne vitesse d’approche.

Références

Boeing 707 Captain – 39.99 USD – FSX

NOS NOTES ...
Prix et achat
Installation / Téléchargement
Documentation et support technique
Systèmes
Fluidité
Visuel
Sons
Logiciel extra
Extra
Article précédentHaute-Normandie VFR
Article suivantAirport Toulouse

1 COMMENTAIRE

  1. Bien vu lescommentaires_pardon Bonjour_je l’avais en Captainsim mais sous FS9 avec des sons de TSS.Aujourd’hui suis en FSX Steam edition et suis tenté par le 737-200 qui n’existe qu’en livrée Captain Sim pour les amateurs de vieux 737.
    Ma question: je viens à peine de déballer FSX Steam edition, est-ce que c’est moi qui yoyotte du haut de mes 63 ans avec ces graphismes de merde, pas d’Afcad, peux plus faire mes plans de vol, y’a des sites consacré ou il faut bouffer du Steam à chaque addon payant???? AI Aardvark terminé.
    Je suis déçu.
    Bien à toi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom