Cessna 340

Carenado

0
68

Introduction

Le Cessna 340 est un bimoteur pressurisé conçu au début des années 70. C’est un avion de 6 places qui offre une vitesse de croisière d’environ 190 kt, un plafond de 30 000 ft et une autonomie de 1 400 NM. Il s’agit donc d’un avion très proche dans les performances du Beech Baron ou du Beech duke (si on veut comparer 2 avions pressurisés). Carenado a une longue tradition d’avions de bonne qualité pour FSX. C’est donc avec impatience que nous commençons ce test !

Installation

Le Cessna 340 peut être acheté sur le site de Carenado pour la somme $34,95. C’est un produit de la gamme HD Series, censée être ce qui se fait de mieux chez cet éditeur avec un cockpit full 3D, des textures hautes résolutions et toute la panoplie des animations disponibles sur FSX.
Après l’achat, l’installation se fait sans souci particulier. En dehors de l’avion, disponible en 5 textures (dont une toute blanche !) pour un seul modèle, Carenado fournit une bonne documentation avec le POH (Pilot HandBook) quasi réel, contenant les procédures normales et d’urgence, une fiche de performance et de la documentation pour certains systèmes avioniques (GPS et radar météo). La documentation est de bonne qualité et permet d’utiliser rapidement tous les systèmes.

Graphismes/ Son

De l’extérieur, l’avion est très beau. Les courbes sont bien rendues. Les textures sont très belles et rendent justice à cet avion. De nombreux éléments sont mobiles. Un sans-faute pour Carenado sur le graphisme extérieur.

L’intérieur est tout aussi réussi. Le cockpit est très lisible malgré une profusion de cadrans et switches (dans la grande tradition des années 60/70). Tous les instruments sont lisibles, y compris le GPS et le radar météo. Ils sont en 3D ce qui les rend très réalistes. En vol, les instruments sont fluides et offrent une belle expérience. Carenado a donc parfaitement réussi son avion d’un point de vue graphisme intérieur et extérieur. Le son est aussi de très bon niveau, que ce soient les switches ou bien le bruit des moteurs. Voyons ce qu’il en est du modèle de vol.

Premiers vols

La documentation permet de démarrer l’avion en cold & dark sans difficulté particulière. Il faut simplement s’y retrouver dans tous les switches, certains étant cachés par le manche (que l’on peut enlever). Il est important de régler la pressurisation sur ce type d’avion, rien n’étant automatique. Une fois aligné, on met la puissance et l’avion accélère assez rapidement. On tire sur le manche à la rotation et là, surprise : l’avion est extrêmement sensible en tangage. Et même trop sensible pour que cela me semble réaliste. Il faut donc faire des corrections millimétrées pour ne pas jouer aux montagnes russes. Cela rend aussi compliqué les approches aux instruments qui nécessiteront un trimmage parfait. En roulis, l’avion est par contre parfaitement conforme aux attentes.

En dehors de cela, l’avion est plutôt agréable à piloter. Il faut par contre beaucoup s’en occuper, rien n’étant automatisé (nous reviendrons sur le PA par la suite). Durant la montée, le Cessna 340 a le même problème que tous les avions pressurisés avec des moteurs à piston : un manque de puissance. Les varios sont faibles, la vitesse aussi et il faudra beaucoup de temps pour arriver vers 20 000 ft, altitude de référence pour ce type d’avion. Il faut continuellement appauvrir la mixture pour donner de la puissance aux moteurs et en tirer le maximum. A ce propos, il est malheureux que Carenado n’ait pas prévu un système pour tirer en même temps les 2 manettes de mixture ou de régime d’hélice, il faut ici les manipuler une par une. L’avion est équipé d’un outil de mesure d’EGT électronique et d’un débitmètre qui permettent de régler précisément la mixture.

L’essai de l’avion en situation inusuelle comme le décrochage nous montre les limites du modèle de vol de Carenado : celui-ci perd toute crédibilité dans ce cas, comme la plupart des avions pour FSX. Le vol sur un moteur est par contre correctement rendu.
La VNE élevé (234 kt) et la pressurisation permettent des descentes avec des varios importants, ce qui est toujours positif en conditions opérationnelles. En approche, la visibilité est bonne et permet de faire un tour de piste dans les règles de l’art sans souci. En approche VFR, l’avion est relativement simple à poser, mis à part le problème de sensibilité en tangage dont nous avons parlé. En IFR, il faut du doigté pour rester parfaitement sur le plan. A ce titre, ce n’est pas un appareil de débutant.

Avionique

L’avion est suréquipé : 2 GPS Garmin 430, radar météo, mesure de l’EGT, débitmètre, PA et système de dégivrage. Tous les instruments sont fonctionnels, dans les limites de l’époque. Le PA est ainsi très rudimentaire même s’il peut suivre une route GPS. Il n’y a pas de capture d’altitude automatique. Les GPS sont des modèles simplifiés qui utilisent l’outil de planification de FS pour le vol. Les modèles 430 ne proposent pas de carte. Même rudimentaires, ils sont bien utiles pour une suivre une route. Ils servent aussi de bloc COM/NAV. Les simmers qui ont acheté les modèles de RealityXP pourront les utiliser en remplacement.

Le radar météo est fonctionnel mais n’apporte pas grand chose, la météo selon FS n’étant pas un exemple de réalisme. L’outil de mesure de l’EGT et le débitmètre sont des outils très puissants pour suivre la consommation de l’avion et indispensables en conditions réelles mais peu intuitifs à l’utilisation.
Un bon point est que ces appareils ont peu d’impact sur le framerate. Tous ces « gadgets » permettent d’utiliser le Cessna 340 pour simuler des vols dans toutes les conditions et sur pratiquement toutes les plateformes. Seules les approches de type GNSS ne seront pas accessibles en utilisant l’avionique proposée.

 

Références

C340 II HD Series – 34.95 USD – FSX/SE/P3Dv3/4

Plus d’informations

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom