Test du PA-28-181 Archer III par JustFlight

0
557

Le petit nouveau de JustFlight, le PA-28-181 Archer III est disponible depuis peu dans la sphère X-Plane 11. Vendu pour 35€, le dernier né de l’équipe britannique tient t’il ses promesses ? On vous propose l’avis de la rédaction d’Avionic-Online. Faisons d’abord un point sur le Archer III de gamme des PA-28. En effet, Piper propose le PA-28 en plusieurs déclinaisons, du 140 Cherokee Cruiser en passant par les Cherokee, les Warrior, Dakota, Arrow, Cadet et enfin Archer. Chaque variante est proposée en plusieurs déclinaisons en fonction des équipements à bord. Par exemple, pour le PA-28-180 “Archer”, celui-ci existe en 3 variantes, nommées Archer, Archer II et enfin Archer III le modèle qui nous intéresse ici.

PA-28-180 Archer
4 places, train d’atterrissage fixe, moteur Lycoming O-360-A4A or O-360-A4M de 180 ch, masse maximale 1111 kg. Certifié le 22 mai 1972. Le fuselage est allongé de 13 cm par rapport au Cherokee, l’envergure a été augmentée, l’empennage horizontal élargi, ainsi que d’autres modifications.

PA-28-181 Archer II
4 places, train d’atterrissage fixe, moteur Lycoming O-360-A4M or O-360-A4A de 180 ch, masse maximale 1157 kg. Certifié le 8 juillet 19755.

PA-28-181 Archer III
4 places, train d’atterrissage fixe, moteur Lycoming O-360-A4M de 180 ch, masse maximale 1157 kg. Certifié le 30 août 1945.

Pour la réalisation du Archer III, JustFlight s’est associé avec Thranda Design. Ils ont déjà réalisé de nombreux produits pour la simulation dont notamment les Kodiak Quest G1000 et son extension Kodiak Expansion Pack, ou encore l’Embraer ERJ 140 Regional Jet. Ils sont donc tout à fait qualifiés pour la réalisation de ce produit.

Achat et Installation

Cette phase est assez classique des produits X-Plane. Après l’acquisition de votre produit, vous aurez un ZIP de 732mo qu’il faudra tout simplement décompresser à l’emplacement habituel, là où vos avions sont déjà installés.

Modèle extérieur
Un fois installé, vous trouverez votre Piper accompagné pas moins de 10 livrées (des couleurs) avec plusieurs immatriculations couvrant plusieurs pays.

Un look particulier…

C’est sur le tarmac que la première rencontre se produit. L’appareil est posé sur le parking, moteur en marche. Une fois l’avion mis à froid, nous pouvons profiter de l’excellent travail graphique que représente ce Archer III. Parfaitement conforme au modèle d’origine, modèle certifié en 1960), la cellule respecte toutes les cotes et proportions, chaque partie a été traitée avec un soin manifeste, des trains d’atterrissage extrêmement détaillés (câbles, traces d’usure, pièces mécaniques, boulons, valves des pneus…) à la queue présentant de nombreuses alvéoles creusées et allongées en passant par les ailes où ne manquent ni les boulons ni les phares ni les lumières de navigation, tout exprimé en détail.

« Les graphismes sont très convaincants et les textures bien maîtrisées »

En faisant le tour, on les saisit d’ailleurs en nombre ces détails. Aérations, fixations, éléments mobiles, tout est parfaitement représenté, en beauté et sans esbroufe d’effets surdimensionnés. Il en va de même de l’intérieur, les moulures plastiques du tableau de bord, les textures de siège et de tapis au sol, la transparence des vitres, les boutons et switchs, les cadrans analogiques, les éléments électroniques, tout est représenté et fonctionnel, tandis que les textures exploitées sont fines, même en se rapprochant à quelques centimètres. S’il n’y avait qu’une remarque à faire, cela ne concernerait que l’état de propreté de départ du Archer III : s’il y a bien des traces d’usure et quelques salissures de ci de là (traces de pluie sur le capot, éclats de boue sur les trains, peinture écaillée sur certains éléments…), force est de constater que l’avion est relativement propre et bien entretenu. Une ou deux livrées un peu plus usées ou salies auraient été bienvenues. Malgré ce regret, les graphismes sont très convaincants et les textures bien maîtrisées.

Cockpit Virtuel

Le poste de pilotage comprend une suite impressionnante d’avionique dernier cri servant à la formation aux instruments et aux vols IFR, avec un GPS GNS 530 (par défaut d’X-Plane mais sachant que ces derniers sont plutôt bons, c’est largement un atout pour cet Archer III), une radio GNC 255, d’un DME KN62A, un transpondeur TT31, un pilote automatique S-TEC 55, des instruments HSI et ADF. L’avion idéal pour apprendre l’IFR.

On regrette cependant l’absence de gouttes de pluie sur le pare-brise. C’est dommage car cet effet très primé des simmers commence à se retrouver sur bon nombre d’addons dont le C172 par défaut ou encore le Zibo 737 grâce au remarquable travail de Skiselkov. On espère voir cet ajout prochainement, soit par un patch officiel soit par le travail de la communauté.

Ambiance sonore

On ne pourrait effectuer un vol avec PA-28-181 Archer III sans parler de l’ambiance sonore de l’appareil. Du démarrage jusqu’à l’extinction du moteur, il n’y a pas un moment où le son a été mis de côté, excepté lors du clic de certains interrupteurs (celui du FlightCom 403 par exemple), où l’on entend aucun signe de déplacement du bouton. On se consolera donc avec le reste, où le son du moteur, lui, a une grande importance, et influe beaucoup sur le réalisme de l’appareil. Lors de la mise en puissance, de la réduction, du roulage, ou des essais moteurs, la variation est très réussie, et l’on entend bien le changement de puissance du moteur. Même lorsque la pompe à carburant est enclenchée, on entend le son caractéristique et très réaliste.

L’éclairage de nuit

Pour les pilotes désirant voler à la tombée de la nuit, PA-28-181 Archer III dispose d’un éclairage de tableau de bord, plutôt simple mais réaliste (comme dans le vrai aéronef), l’éclairage est variable en intensité lumineuse. On est loin d’être ébloui par de puissantes lumières. Les instruments ne sont éclairés que par des petits spots localisés autour de ceux-ci. C’est cependant un éclairage agréable, qui peut plaire à de nombreux pilotes.

Goodies

Le produit vient avec des outils directement liés au simulateur. Via une petite icône à gauche de votre écran, vous pourrez gérer certains aspects du vol et options de l’avion. Sur l’image en dessous, vous pouvez voir ces outils déployés. Masse et Centrage, options de repoussage, check lists, ordinateur de bord, tout est là pour vous simplifier le vol.

Docs

Deux PDFs viennent accompagner le produit. Le premier, “Operating Data Manual” donne les indications physique et mécanique aérodynamique de l’avion comme les vitesses de décrochage, les performances au décollage, en montée ou au niveau de vol etc. Le second est un manuel sur l’addon en tant que tel. Sur comment exploiter cet avion pour X-Plane 11. Vous trouverez également la notice de certains instruments de vol. JustFlight a largement fait le taf comme on dit pour ce produit. Mais attention, ces documentations ne sont qu’en anglais.

Et en VR (réalité virtuel)?

Le produit de JustFlight est ce qu’on peut dire “VR ready” même si certains aspects peuvent être améliorés comme la manipulation du pare-soleil ou encore l’ouverture des portes assez fastidieux pour le moment. Mais ces éléments n’empêchent en aucun cas l’utilisation de cet addon en VR. Côté ressenti, c’est un gros coup de cœur. Si vous êtes amateur de VR, vous avez peut être remarqué que certains produits souffrent d’un souci de proportion ou d’échelle à l’image du Carenado C208. Lui aussi utilisable en VR mais une fois à bord, vous aurez l’impression d’être dans un avion qui a une planche de bord de 10 mètres de long. C’est un souci assez classique quand l’éditeur “triche” avec les échelles pour apporter un plus visuel en 2D. Le passage à la VR ne fait que mettre en avant ces astuces de modélisation. Dans DCS World, les deux A10 (C&A) souffrent du même problème hélas insolvable à moins de refaire complètement le produit. Heureusement, le PA-28-181 Archer III ne souffre aucunement de ce problème. Le sentiment de proportion et de distance, horizontal comme vertical, est parfaitement conforme. La “casquette” de l’avion est pile à la bonne distance.

Si vous êtes amateur de VR, ce produit est fait pour vous !

Conclusion

L’Archer III est utilisé dans le monde entier. Ce qui en fait un incontournable. Le PA-28-181 Archer III pour X-Plane 11 présente des matériaux PBR avec des reflets d’environnement en temps réel pour une qualité et un réalisme exceptionnel, des textures HD pour une clarté des textures maximales et de nombreuses animations, dont une porte passager à animations multiples, réagit aux forces G et à la résistance de l’air. Compatible nativement en VR, cet addon a largement de quoi séduire. Peu de défaut mais certaines zones sont perfectibles comme notamment l’effet de pluie sur les vitres ou bien l’éclairage plus linéaire. Oui, ce sont des détails et ça en reste un produit de très grande qualité pour un prix très correct.

Ou l’acheter ?

Vous pouvez acquérir le PA-28-181 Archer III de JustFlight sur le site de l’auteur en cliquant sur ce lien. Il est vendu au prix de 32€. Soit au même prix que la version Prepar3D. Si vous aviez la version P3D, il vous faudra à nouveau racheter cet addon au prix fort.

Machine du test

La machine utilisée pour le test est un Intel I7 de 4.2ghrz, 16 Giga de RAM avec un GeForce RTX 2080ti sous Windows 10. Test réalisé en 2D comme en VR avec un HTC Vive Pro.

Verdict

Nous ne sommes pas loin de la perfection, mais ce ne sont que des détails. Commandes un peu trop sensibles, pas d’effets sur le plexiglas comme la pluie, givre ou encore la buée. Globalement, cet addon fait largement le job et c’est pourquoi nous lui avons octroyé un solide 4.5 sur 5.

Avionic-Online lui donne la note de 4.5/5 avec les honneurs de la rédaction.

Un grand merci à “Papou qui m’a permis d’utiliser ses magnifiques captures d’écrans afin de compléter mes images et qui mettent ainsi en valeur cet addon ! Cela permet de montrer plus de variété. Encore Merci ! À noter que ces images ne sont pas modifiées par Photoshop.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Ecrivez votre commentaire !
Entrez votre nom