Flight Experience Wilco Publishing aviatorsoft
 

525A Citation CJ2 HD Series

 Carenado - 24/07/2016

Introduction

Depuis de nombreuses années, l’éditeur Carenado s’est fait un nom dans le monde de la simulation aéronautique avec comme spécialité les appareils légers à piston et turbines. Ses créations sont réputés pour leurs qualités graphiques en haute définition, de somptueuses textures extérieures comme intérieures, accompagnées d’ambiances sonores imposantes qui donnent une impression d’immersion que les simmers apprécient bien. Jusqu’à là, le petit hic portait souvent sur le réalisme des systèmes de bord, souvent très simplifiés ou incomplets.

Depuis quelques temps, l’éditeur a élargi sa gamme de produit avec des petits jets d’affaires, en évoluant ainsi sur du bi-réacteur et forcément des cockpits un peu plus complexes qu’un PA28 ou un C172. Aujourd’hui, nous vous proposons de découvrir à travers ce dossier un de ses derniers produits, le Cessna 525A Citation CJ2 testé sur Prepar3D version 3.0






Achat et installation

L’achat est plutôt simple et rapide, il s’effectue directement sur le site de l’éditeur pour la somme d’environ 35€. Une fois le produit téléchargé, un installateur se lance et il est désormais nécessaire d’avoir une connexion internet active lors de l’installation afin d’activer sa clé de produit via le serveur de Carenado. Cinq documents PDF s’installent à ce moment là vous détaillant les check-lists normales et d’urgences, les limitations et performances, ainsi qu’un guide plutôt complet sur l’utilisation de l’avionique du Cessna 525, le Proline 21. Enfin, un dernier document stipule les paramètres recommandés à régler pour obtenir une qualité optimale.




L’exterieur

Nous l’avons dit en introduction de ce dossier, la qualité graphique de Carenado est connue et réputé, nous ne sommes donc pas surpris d’avoir un modèle 3D digne de ce nom, avec quelques eyes candies habituels comme les caches, flammes et cales mais aussi le groupe de parc qui fonctionne vraiment, évitant que la batterie se décharge en quelques minutes au sol... Nous reconnaissons bien les formes du CJ2, avec le nez aplati à l’avant, mais un profil un peu plus allongé que son petit frère le CJ1.




L’intérieur

Carenado propose non seulement un somptueux cockpit virtuel, mais également la fidèle reproduction de toute la cabine avec quelques eyes candies comme les tablettes que l’on peut déployer, ou encore les volets des hublots que l’on peut fermer à convenance.



Revenons dès à présent au plus intéressant, le cockpit ! Malgré la nouvelle technologie implémentée sur le tableau de bord, dédiant une grande partie de la place à du glass cockpit, on peut avoir un peu de mal au début à trouver ses marques parmi les nombreux boutons se ressemblant en bas du tableau de bord ainsi que sur l’utilisation des systèmes. Nous y reviendrons plus en détail dans le paragraphe suivant.



Les textures sont quasiment irréprochables, d’une grande netteté et fidèle à la qualité visuelle habituelle de l’éditeur. Bien évidemment, tout est cliquable avec les sons appropriés. Même lorsque l’on se rapproche de certains endroits, la texture reste nette sans imperfections. La seule chose que l’on pourrait reprocher, c’est justement sur les EFIS, les aiguilles des instruments de navigation principale sont souvent “crénelés” selon la position où elles se situent.



De nuit, l’ambiance est également appréciable, trois types d’éclairages s’offrent à vous : le simple rétro-éclairage des instruments, un plafonnier donnant une lumière bleu agréable si vous ne voulez pas être éboulis, ou alors une sorte de “flood light” qui éclairera de façon assez violente la planche de bord principale. La luminosité des EFIS est également ajustable, ce qui permettra de ne pas être éclairée à la figure par les écrans comme en plein jour !



Les systèmes de bord

Venons-en au coeur de l’addon, après ces beaux graphismes, pour savoir qu’est ce que cet appareil a vraiment dans le ventre ! Globalement, soyons honnête, les systèmes sont satisfaisants. L’ergonomie qu’à instauré l’éditeur pour naviguer à travers les écrans grâce aux boutons rotatifs est plutôt bien pensé : visuellement, il suffit d’approcher la souris sur la petite ou la grosse bague des boutons rotatifs, et des flèches apparaissent en surbrillance pour confirmer que l’on pointe sur le bon bouton.



L’ergonomie du ProLine 21 peut être un peu déroutante au début, pour connaitre les différentes options et savoir comment interagir avec, mais au bout de quelques vols, on fini par trouver ses marques. N’ayant jamais volé en réel sur ce type d’avionique, je ne saurais dire s’il reproduit au détail près la réalité, mais l’on peut dire qu’il donne une bonne impression. L’avionique se démarre instantanément lorsqu’on la met sous tension (pas de temps de chargement des AHRS ?) Les informations de navigation se rentre via un petit boitier (une sorte de CDU/FMC) pour le coup très intuitif à remplir en quelques minutes. Les waypoints et les SID/STARS s’insèrent sans difficulté, ce qui n’empêche pas un bon coup d’oeil sur la route affichée sur le MFD : nous avons essayé des SID à partir d’Orly et certaines trajectoire de départ assez “exotiques" peuvent apparaitre… Tout comme le directeur de vol où l’on a constaté quelques incohérences en fonction des modes engagés. Concernant la partie “en route”, rien à reprocher, le pilote automatique suit ce qu’on lui demande sans problème. A l’arrivée, les STARS et procédures d’approches sont à sélectionner dans l’interface de façon intuitive comme pour la plupart des liners. Là encore, un petit coup d’oeil sur la route affichée sur le MFD et particulièrement sur les altitudes des waypoints est un bon réflexe à avoir.




Globalement, c’est un bon point, les systèmes sont bien plus avancés que ceux présentés il y a quelques années par l’éditeur. Mais là encore, hardcore-simmers, ne vous attendez pas à un réalisme comparable aux addons les plus connues sur le marché de la simulation.



L’ambiance sonore

Parlons-en ! Comme nous l’avons cité au début de ce dossier, nous savons tous que Carenado est très fort pour les ambiances sonores, autant celles des moteurs à pistons que les turbines qui sifflent à faible régime et qui rugissent lorsque l’on pousse les manettes vers l’avant.



Venons-en au fait ; globalement, les sons ne sont pas mauvais, mais l’ambiance sonore est malheureusement très fade. Certes, on reconnait bien le son particulier de la batterie et de l’avionique dès l’allumage des systèmes, mais on en restera là : lors du démarrage des moteurs, nous ne les entendons à peine, il est même difficile sur idle de savoir sans jeter un coup d’oeil aux instruments si les moteurs sont démarrés ou non ! En vol, le son des moteurs n’est pas pour autant plus élevé, le bruit de la batterie et avionique domine largement l’ambiance sonore. Les variations de puissances quant à elles peuvent s’entendre, mais il faudra les effectuer à fort régime car toute variation en dessous de 50% de l’amplitude de votre manette sera très difficile à percevoir, voir quasi inaudible. Il est vrai que la cabine est probablement bien insonorisée du bruit extérieur, mais là quand même, les cloisons doivent faire 80cm d’épaisseur rempli de matière insonorisante ! Lorsque l’on envoie l’air conditionné, quelque soit son intensité, aucun son supplémentaire ne vient s’ajouter. Bref, voilà là un petit bémol, mais qui tiens tout de même la route si l’on ne s’accroche pas sur du détail.



Conclusion

Soyons claires : l’éditeur ne cible pas les personnes hardcore simmers habitués à voler sur les addons des grands éditeurs comme PMDG ou Majestic Software, ni pour autant des “pilotes du dimanche” voulant décoller en jet privé pour faire des loopings et des passages bas sur la tranche entre 2 immeubles à 300 kts, mais tout simplement des amateurs d’appareils ni trop simples ni trop complexes, qui sont curieux de sortir la tête des cockpits habituels de grands liners pour découvrir un avion léger, rapide, moderne et performant pour réaliser leurs vols sans se prendre la tête. Nous n'avons pas trop parlé du niveau de FPS avec cet addon pour deux raisons, la première est que les avions de Carenado sont plutôt bien optimisés, il est donc rare d'avoir un faible taux de FPS même sur des machines légères. La seconde raison étant que le produit a été testé sur Prepar3D V3.0 et que la fluidité de ce simulateur est incomparable à FSX !



La qualité graphique fidèle de l’éditeur vous apportera un réalisme supplémentaire, avec une avionique qui commence enfin à tenir le coup pour vos vols quotidiens, malgré quelques petites faiblesses qui n’empêcherons en rien la réalisation de vos vols. Enfin, on oubliera pas d’augmenter le son des moteurs dans nos réglages afin d’avoir une ambiance sonore plus immersive !


Notes

  •   Achat, installation et prix : 6/6
  •   Systèmes : 5/8
  •   Modèle de vol : 5/8
  •   Graphismes 2D/3D : 6/6
  •   Documentation : 4/6
  •   Sons : 3/6

 Note finale : 15/20



Rédaction, captures & mise en page : Valentin SVETCHINE




  English Deutsch Español Português










"Un grand bravo pour ce tutoriel en vidéo, mené de façon de maitre ! Cela a du vous prende énormément de temps, mais le résultat est pro. Encore merci."
Eric Chevalier, France

Copyrights Xavier Jehl "Cthulhus" 2004 - 2017 : Rédacteurs : Xavier Jehl, Valentin Svetchine, Ludovic Potier, Loïc Lelièvre
Conception et Administration : Xavier Jehl / Valentin Svetchine - CNIL : n°1236633 - Nombre de pages vues :